lundi 6 avril 2009

Comme au yoga

J’aimerais vous écrire que je vais super bien, mais ce n’est pas vraiment le cas. J’aimerais vous écrire que ma grossesse se passe exactement comme je l’aurais souhaité, sans problèmes, sans soucis, j’aimerais écrire mes récap. de mes ''exploits sportifs de femme enceinte'' mais je ne fais plus de sport depuis 3 semaines. J’aimerais vous peindre une belle toile toute joyeuse remplie de couleurs vibrantes mais le ciel est tellement gris.

J’ai des hauts et des bas, mais plus de bas que de haut. Le sport me manque terriblement. Je ne parle pas juste de la course à pied … bouger tout court me manque. J’ai eu la permission de mon médecin d’aller patauger dans l’eau quand je me sentirais assez ''en forme'' pour y aller … je n’ai pas encore trouvé cette énergie.

Je ne sais pas comment je faisais dans le temps que le sport avait quitté ma vie, dans ma vingtaine. Je pouvais bien être malheureuse et mal dans ma peau. Je vois clairement aujourd’hui l’impact que le sport à eu dans ma vie. L’impact sur ma santé mentale et physique. Le bonheur que ça m’apporte. C’est inégalé.

J’essaie de meubler mon temps en comblant le vide par d’autres passions. Comme cuisiner, monter des albums photos, etc. Mais j’avoue bêtement que ça n’arrive pas à la cheville que ce que le sport m’apporte.

J’aurais aimée avoir une belle grossesse. J’aurais aimée courir (ou bouger) jusqu’au dernier jour. Accepter ce qui m’arrive. Oui. Il faudrait. Mais ce n’est pas toujours facile. Je n’ai pas toujours envie d’être positive et patiente. Aujourd’hui, j’ai envie de pleurer. Et comme mon amie m’a mentionnée récemment … la vie, c’est comme le yoga, il faut sentir les émotions, sans les analyser, ni les juger. Elle est wise mon amie et je vais l’écouter!

11 commentaires:

Geneviève a dit...

C'est vrai que ça doit être difficile de ne pas pouvoir faire du tout de sport. Le bon côté avec les moments difficiles, c'est que ça rend les moments agréables encore plus savoureux. Tu vas sûrement tirer plus de plaisir que jamais de tes activités sportives quand tu pourras t'y remettre!
Je pense à toi très fort!

Trigirl 2007 - Québec a dit...

Sylvie, je t'avoue humblement que je suis sans mots car je n'ai jamais vécu ce que tu vis en ce moment.
Mais je veux juste te dire que tu es une personne qui m'inspire par ta belle énergie. Alors, c'est tout simplement normal d'en manquer un peu quelquefois?
Le manque de soleil n'aide pas non plus... et puis je me dis: peut-être que tu fais un "baby blues", mais avant!!! Alors, la bonne nouvelle c'est que tu n'en feras pas un après.
Je suis sûre que tu vas être une merveilleuse maman et que tu redeviendras notre inspiration quand tu vas faire le Parc Lafontaine avec ton "baby jogger"!

Serge a dit...

Je comprends ta frustation de ne plus courir, rouler et nager...
Et ce n'est pas toujours facile de se trouver d'autres activitées.

Mais... Dis-toi qu'il ne te reste que quelques semaines avant le grand jour!

Go! Sylvie! Go!

Véronique a dit...

Lâche pas Sylvie! Et oui ne censure jamais tes émotions, laisse-les prendre la place qu'elles doivent prendre à ce moment-là et juge-toi pas. Tu n'as pas besoin d'être tout le temps heureuse et souriante enceinte. Ça doit être très frustrant de ne pas pouvoir avoir l'énergie pour suivre tes passions.

Mais déjà 30 semaines de passées! Te rends-tu compte!! Ça arrive vite!

Sylvie Mallard a dit...

@Gen: Oh, j'entrevoie mon retour à la course à pied comme un moment de délire et du pur bonheur. Ça va faire surement très mal, mais je vais sourire tout le long!!!

@Trigirl: Merci pour ton mot :-)
C'est vrai que le manque de soleil ne m'aide pas. Malgré la pluie d'aujourd'hui (qui commence à me taper royalement sur le nerf!!!), je me sens mieux. Comme quoi quand on accepte et acceuil nos émotions, sans les juger, on passe vite à autre chose!

@Serge: Ça ne doit pas être facile pour toi aussi avec ta blessure. Faut pas lâcher!

@Véro: Merci! Et oui, 30 semaines!!! Parfois, je trouve que ça ne passe pas vite du tout ... surtout dans mes moments tough. Mais dans le fond, je vais me réveiller un bon matin avec mon bébé dans mes bras et je vais oublier tout ce temps d'attente!

Anonyme a dit...

Sylvie, moi j'ai des compliments/remerciements à te faire... (ça aide toujours quand on a le moral raplapla)

Tu es la première personne qui m'a encouragé pour le marathon et qui m'a fait croire que c'était possible cette année (merci, car ce n'est pas rien). Tu es celle qui a initié les dimanches matins piscine et qui a lancé l'idée des soupers entres invincibles et d'un futur Ironman... Vraiment, tu es une fonceuse, motivante et motivée, une super amie hyper gentille et tu trouves toujours les bons mots pour encourager les autres... En plus, tu m'as fait découvrir DEAN the machine et m'a fait comprendre que les ultras c'est peut-être qqch que j'aimerais faire un jour (lointain, mais bon...) :). Bref, le genre de personne qu'on a le goût d'avoir dans son entourage longtemps!!!

Moi non plus je ne peux pas comprendre exactement ce que tu vis, mais je pense à toi souvent. Lâche pas, le soleil s'en vient... et surtout merci d'être si chouette!!!

Caroline

Sylvie Mallard a dit...

Merci beaucoup Caroline! Wow, ça fait rougir ton mot. J'aime beaucoup la chimie de notre petit groupe. Ça fait tellement du bien d'être entourée de filles invincibles qui ont de l'attitude et qui sont TOUS capable de réaliser de grandes choses. J'espère que notre amitié ne fait que commencer!
Merci à toi d'être aussi chouette :-)

Anonyme a dit...

Après tous ces commentaires, que dire de plus!!

Ce que tu vis n'est pas facile, mais ça va passer! Avant même que tu le réalises, tu vas être en train de nager, rouler et courir!!!

Mélanie

CAtharsis a dit...

Bon courage!


le grand Bonheur approche.

Julie Lévesque a dit...

Salut Sylvie,
Je ne te connais pas beaucoup, mais je pense à toi beaucoup et j'espère que tout continuera d'aller bien, pcq au fond, ça peut toujours être pire, même si c'est pas vraiment ce qu'on veut entendre.

Tu es vraiment très forte et dis toi que tu es en train d'inspirer tous tes lecteurs/ami(e)s. Plus personne n'aura de raison de se plaindre de son travail, du temps qu'il fait pour (ne pas) s'entraîner, de la fatigue qui nous empêche de sortir ou qui nous fait nous plaindre.

Même si c'est pas comme tu le pensais/souhaitais, essaie de profiter quand même de ce qui t'arrive pcq c'est précieux. Après tu te diras que c'était pas si pire... peut-être même pas pire! Le bon vieux temps, c'est aujourd'hui.

Bonne chance tu vas y arriver!

Sylvie Mallard a dit...

@Mélanie: Ouiiii! On va courir, rouler et nager ensemble!

@CAtharsis: Merci! Bienvenue sur mon blogue :-)

@Julie: Merci Julie pour ton commentaire. Je suis très contente de te lire! Tu sais, j'espère en rire un jour de cette grossesse!!!