lundi 26 mai 2008

Des couleurs

À la demande générale (!), je vais vous parler de nos murs!

Mais avant, un petit historique ...

J'ai toujours aimée le bleu. C'est ma couleur fétiche. Ça se voit même sur mon blogue! J'ai eu cette couleur dans ma chambre de jeune adulte quand j'habitais chez ma mère. C'était un bleu gris. Superbe! J'avais même fait de grandes bandes verticales bleues et jaunes sur un des murs. Je trippais!

Dans ma première chambre de mon premier appartement, j'ai choisie un bleu pâle. En fait, je souhaitais un blanc bleuté, mais je me suis ramassée avec un bleu poudre. Allez savoir pourquoi! J'ai endurée ça pendant 1 ans. Celui-là, je ne l'ai pas aimée.

Dans ma deuxième chambre de mon deuxième appartement, j'y suis allée pour la revanche du bleu poudre ... un beau bleu qui m'a plu! Ça m'a fait du bien.

Dans mon troisième appartement, j'avais plus de liberté dans les choix de couleurs car j'allais co-habiter avec mon chum-de-ce-temps. Avant ça, j'avais une coloc maniaque de déco (Salut Stephanie!) alors je lui laissais le plaisir de choisir les couleurs! Je savais bien que ça serait beau. Alors, pour ce troisième appartement, moi et chum-de-ce-temps avions le goût de couleurs vives et joyeuses! Nous nous sommes lâchés lousses. Dans ses années, la tendance était au vert pomme et aux oranges et bleu vif! On a mis toutes ses couleurs dans le salon et la cuisine avec un jaune soleil pâle dans le couloir, un rouge dans le bureau et 2 sortes de bleu pour la chambre et la salle de bain. 3 types de bleu dans ce 4 et demi. Vivre pendant plus de 4 ans avec ses couleurs vives m'a saturée. Vraiment, je n'étais plus capable de voir ses couleurs. Ça ne me représentait plus. J'avais le goût de calme et de zenitude. Souvent, pendant les 2 dernières années de ma vie dans ce logement, j'ai pensé tout repeindre. Pour causes monétaires, j'ai dû me retenir les bras et endurer ses couleurs joyeuses et beaucoup trop vives!

Ce qui me mène à ce nouveau logement. Celui qui réchauffe moi et mon amoureux. Notre premier espace vierge à meubler et décorer ensemble.
Nous habitions depuis 2 ans ensemble déjà, mais il avait déménagé chez moi, sans trop faire de changements.

Alors voici le résultat :

Chambre des maîtres
Pas de nom cute pour ce beige-brun-jaune tout à fait calmant



Bureau
Mellow Sage (aucune idée de quel compagnie!)



Salle de bain
Sea Wash (un vrai de vrai aqua, parfois vert, parfois bleu, selon la lumière et l'humeur, encore une fois, aucune idée de quel compagnie!)



Salon, entré et couloir
Chèvre de montage de Bétonel (couleur principale à droite de la photo)
Ruines de Rome de Sico (couleur secondaire à gauche de la photo)



Portes et toutes les moulures
À demi blanc de Bétonel


Reste l'intérieur de notre cuisine ... ce qui est prévu est le blanc des portes et moulures ... mais il manque une couleurs dans ma palette ...
Vous devinez laquelle? Je suis en réflexion ... faire ou ne pas faire le deuil du bleu? Là est la question.

Vos opinions?

dimanche 25 mai 2008

Recap. Semaine du 19 mai

3 ième semaine de repos actif, avec un peu plus de volume pour me préparer à mon 3 semaines de volume pré-50km-de-Lévis qui commence la semaine prochaine. Le temps passe vite!

Lundi: Repos actif!
Je ne me suis pas entraînée, mais j'ai fait près de 5h de peinture. Sans compter les 4 heures de peinture que j'ai fait le dimanche!
Ça a surtout travaillé mon bras droit (c'est moi qui a fait tout le découpage) et mes jambes qui ont monté et descendu l'escabeau et fait des squat à force de m'assoire et me relever. Ceci-dit, ça a donnée un très beau résultat. Notre chez-nous commence à nous ressembler. Il nous reste que la cuisine, notre chambre et 2 murs du salon à peinturer.

J'aurais bien voulu aller faire mon cours de yoga ce soir-là, mais je n'avais plus d'énergie pour m'y rendre. Je ne m'imaginais pas faire le cours. Dans mon cas, peinturer, c'est presque qu'aussi musculaire et zen que du yoga. J'aime ça.

Mardi: 7 km de course à pied
C'est avec un bon fond de fatigue que je suis partie vers la piste de 400m. J'ai pris ça relaxe. J'ai couru autour de la piste avant l'entraînement des Vainqueurs, jasé avec les collègues coureurs et retournée chez moi pendant que ceux-ci commençaient leur entraînement. Sommes toute, ça m'a fait du bien de bouger.

Mercredi: 9 km de course à pied
J'ai essayé d'augmenter mon tempo pendant cette sortie. Ça m'a donnée 10 km/h. Mais je l'avoue, j'ai eu de l'aide! Les premiers 6.75 km, je les ai couru seule en passant par le Parc Maisonneuve. Le dernier 2.25 km, ma chienne Muscade m'a accompagnée et elle m'a franchement impressionnée. Elle courait vite et avec une fière allure. J'étais tellement fière d'elle que ça m'a fait courir plus vite. Et elle suivait très bien. Elle commence à être bonne ma puce!
Suite à cet entraînement, moi et mon chum avons continué à peinturer. Aujourd'hui, c'est la chambre. 2h30 de musculation (ou de découpage!).

En soirée, nous sommes allés voir un critérium à Laval, la Coupe Pantani-Guru Cycle. Par pur et heureux hasard, nous avons croisé un couple d'ami et quelques connaissance cycliste. Ça m'impressionne beaucoup les critérium. Prendre les virages aussi rapidement en peloton m'effraye beaucoup. Mon chum va peut-être y participer d'ici quelques semaines. Notre ami PatDu à fini son 40 km avec une moyenne de 41 km/h. WOW, c'est rapide!

Jeudi: Repos
Un peu de peinture, sans plus. Ça commence à être beau chez nous ;-)

Vendredi: 15 km de course à pied
Comme j'ai une grosse journée le samedi (mariage de ma grande amie), j'ai décidée de faire la longue sortie aujourd'hui. J'étais un peu craintive car mon dernier 10 km avait été difficile et j'ai un petit mal de ventre qui me dérange. Par contre, une fois partie, tout va bien. J'ai l'impression de voler tellement je suis bien. Ça m'a beaucoup encouragée pour la suite. Je vous épargnes par contre des maux de ventre qui sont venu une fois l'entraînement terminée. Je crois que c'est des restant de mon indigestion de la veille. Repos pour le reste de la journée. Je veux être en forme pour le mariage ...

Samedi: Repos
Jour du mariage de grande amie Malika. Elle était ravissante et le mariage était grandiose. Une journée remplie d'amour, il va s'en dire.

Dimanche: 9 km de course à pied
Un petit lendemain de veille. Une nuit courte dans le corps, mais le coeur qui me crie d'aller courir. J'ai une grosse pensée pour mon amie Vérane qui cours sont PREMIER marathon ce matin à Ottawa. Elle a buchée fort pour y arriver. J'ai couru avec elle pendant ce 9 km, dans ma tête! Et avec Véronique aussi ... elle est à Burlington pour son deuxième marathon. J'ai tellement hâte d'avoir de ses nouvelles. Mon 9 km a passé vite car j'avais aussi mon amie Hélène, Liette, Sonia, Valérie, le trotteur de l'est et Rosaire en tête. Tous courais soit à Ottawa ou à Burlington ce matin. Un demi pour certains et un marathon pour d'autre. Grosse fin de semaine de course!

Total de la semaine:
40 km de course à pied

Je suis très fière de ma récupération. J'ai atteint mes objectifs pour les 3 dernières semaines. Les trois prochaines seront difficile, mais je me sens d'attaque pour y arriver. Il me reste 6 semaines avant mon 50 km! YES ;-)

dimanche 18 mai 2008

Recap. Semaine du 12 mai

2 ième semaine de récupération active. Je bouge un peu et je récupère très bien. Je suis bien fière de ma semaine.

Lundi : 90 min de Yoga
Bel
initiation au yoga. Je sens que c'est le début de quelque chose qui va m'aider dans plusieurs aspects de ma vie.

Mardi: 7 km de course à pied
Encore assez raide de mon cours de yoga, j'ai pris ça relaxe. J'ai fait ça en 2 coups en prenant une pause dans le milieu au club de course pour jaser et recruter un coureur pour le
périple Mtl-Québec.

Mercredi : 20 km de vélo

Afin de me dégourdir les jambes moi et JP avons roulé 20 km relaxe au Parc Maisonneuve. Relaxe, c'est relatif ... pour nous, c'était relaxe, mais pour ceux que l'on dépassait, nous avions l'air de 2 fusés! Ha ha ;-)

Jeudi : Repos

Fatigue oblige, je décide de m'écouter et de me coucher tôt. Pas de pression, je suis en récupération tout de même!

Vendredi : Repos
Même raison que la veille. Je prends ça relaxe avant la fin de semaine.

Samedi : 10 km de course à pied
Couru au Parc Maisonneuve, obligée de constater que je ne suis pas encore complètement remis du marathon, j'ai eu du plaisir, à travers quelques petites douleurs au mollet droit.

Dimanche : 3 km de course à pied

Un petit 3 km pour atteindre mon objectif de la semaine. J'ai couru avec ma chienne Muscade. Elle m'a fait faire un entraînement fartlek avec ses humeurs de chien. Parfois, elle me tirait de toute force, parfois, elle freinait pour sentir une odeur attrayante, parfois, elle était tout simplement trop lente alors je la tirais de pleine force. Elle m'a fait travailler et je l'ai fait travailler. C'est beau la relation que nous avons elle et moi. Quelle équipe!

Total de la semaine:

20 km de course à pied
20 km de vélo
90 min. de Yoga

mardi 13 mai 2008

La douce vérité du Yoga

Ça faisait longtemps que j'y pensais. Mais j'avais toujours une bonne excuse pour ne pas en faire: ''manque de temps'', ''mes horaires de travail ne me le permets pas'', et la meilleure : ''je ne peux pas tout faire!!!''.

J'ai déjà fait du yoga dans le passé. Par tranches de 1 ou 2 sessions par 3 ou 4 mois! Le pire, c'est que j'aimais vraiment ça. Mais dans les 2 dernières années, je dois avouer que j'ai négligée totalement cette pratique. J'ai plutôt concentrée tous mes efforts en course à pied et en vélo avec malheureusement, très peu d'étirements à la fin de ceux-ci. Lancez-moi des pierres, je le mérite.

À force de lire dans Runner's World que le yoga est le meilleur sport complémentaire à la course à pied, à force de lire sur les blogues de celles ou ceux qui le pratiquent en sont si passionnés et que ça leur fait tellement du bien, à force d'entendre mes amies en parler avec tant d'enthousiasme, je me suis enfin convaincu d'y aller. Mais j'avais besoin de support.

Une série de courriels plus tard, j'ai 2 amies qui veulent bien m'accompagner pour le cour de Yoga 1, le soir même. JOIE! J'aime l'idée d'y aller avec des copines. C'est rassurant.

Le yoga est sans pardon. Cette pratique t'oblige à être avec ton corps tel qu'il est. Tu ne peux pas tricher. Il n'y a pas de place pour l'égo. On doit le laisser à la porte d'entrée et l'oublier. Pas facile pour moi. Je suis de nature compétitive envers moi-même et je suis aussi très exigeante. Mais hier soir, je ne l'étais pas, grâce aux merveilleuses paroles de sagesses du prof (que j'ai adorée), que j'ai su accueillir et respecter.

Pendant cette merveilleuse pratique de 90 minutes, j'étais seule avec mon corps. Je me suis mis à l'écoute de celui-ci et j'ai acceptée ses défauts et ses qualités, tels qu'elles se sont présentées. J'ai sentie mes tensions comme jamais, mes muscles de coureuse sont visiblement en boules tendues, non-élastique. Je n’ai rien dans les bras. Je croyais que le haut de mon corps était plus fort que ce que j'ai constaté hier soir. Visiblement, mon bas est pas mal plus fort que mon haut. Humm, une petite dose d'humilité, la douce vérité du yoga. J'ai sentie que mon souffle n'est pas juste. Par exemple, au lieu d'inspirer en tirant le nombril vers l'intérieur, j'inspirais en gonflant un peu mon ventre. Pour l'expiration par contre, je gonfle encore plus mon ventre. J'ai dû me concentrer très fort pour bien respirer. Je n'ai pas trouvé ça facile.

J'ai adorée mon expérience. Ça m'a à la fois donnée de l'énergie et à la fois calmée. Ça m'a permis de me centrer.

Je vais y retourner. Mais pas dans 3 mois ... la semaine prochaine. Je souhaite inclure cette pratique dans ma vie comme complément à mes sports. Je sens que le yoga va me permettre d'être une meilleure coureuse, une meilleur cycliste, une meilleure personne, plus calme et plus forte.

dimanche 11 mai 2008

Recap. Semaine du 5 mai

Une semaine de récupération active post-marathon.

Lundi : Repos
Retour à Montréal à partir de Brooklyn. Grâce à mon chum et ma mère, je n'ai pas conduit. Nous avons fait quelques arrêts pour que je déplie mes douloureuses courbatures. Des heures de plaisir à faire rire de moi!

Mardi : Repos et Masso
Une séance de massothérapie pour aider ma récupération. Comme toujours, fort utile et fort agréable.

Mercredi: 39.9 km de vélo
En fait, 4 de ses km ont été roulé la veille en soirée quand j'ai accompagnée JP à la piste de 400m. Les 35.9 autres km, je les ai roulé au circuit Gilles Villeneuve et en compagnie de mon amie Pascale. Très mollo, juste pour faire une récupération active. J'ai portée mon maillot Cyclopétard. Il fait tourner les têtes ce maillot! Un vélocien m'a même aborder pour me dire qu'il le trouvais beau.
Pour la ride, je me suis bien sentie. Mes courbatures disparaissent assez rapidement. C'est encourageant!


Jeudi : 3 km de course à pied
Afin de continuer ma récupération active, j'ai chaussée mes souliers pour un 3 km très tranquille avec ma petite Muscade. Nous avons eu beaucoup de plaisir dans notre quartier! Malgré les raideurs, ce fut très agréable de reprendre la course!

Vendredi : 38.92 km de vélo

View Interactive Map on MapMyRide.com

Il fait beau, on sort le vélo! Une sortie avec 2 vélociens fort agréable sur l'est de l'Île de Laval. Nous avons fait quelques relais, quelques sprints et pris ça relaxe de temps en temps. Boucle à refaire cet été!

Samedi : Repos
Une légère fatigue se fait sentir. C'est certainement le down post-marathon qui me rattrape. Je profites alors de la belle journée pour rien faire (ménage et préparation d'un souper!) et arroser le tout avec les amis en soirée. Tradition oblige ... à chaque ironman que mon chum termine, on ouvre une bouteille de champagne. Comme j'avais mon marathon 3 semaines après son ironman, nous avons attendu pour célébrer les 2 événements. Ce soir, avec nos amis, nous avons ouvert le Prosecco pour se faire des Belini. Délicieux!

Dimanche : 7 km de course à pied
Lendemain de veille oblige, faut aller se décrasser le corps des abus de la veille. Moi et JP sommes partie ensemble. Chose rare, JP m'a suivie pour les 5 premiers km, à mon rythme. C'était super amusant. Nous nous sommes promenés dans les petits chemin du Jardin Botanique. C'est fou comme on s'y sent bien. Et c'est à 2 km de chez moi! J'ADORE ;-)
Côté récupération, ça va bien. J'ai parfois un petit ''choc électrique'' en arrière du genou droit quand je marche ou je cours. Mais ça ne dure pas longtemps. 2 secondes. Je vais continuer ma récupération pour 2 semaines encore avant d'y aller pour du volume. Le 50 km arrivera vite!

Total de la semaine:
10 km de course à pied
78.82 km de vélo

samedi 10 mai 2008

Moi et Super Man!

Pendant le marathon de New Jersey, j'ai couru avec Super Man.
Oui oui! Voici la preuve:




Quand je me suis fait dépassé par celui-ci, il m'a mentionné que je ''Looking good!''. J'ai répondu avec peu d'élégance, ''you too''. C'est alors que j'ai réalisé que c'était Super Man. J'ai alors lancé un ''Nice outfit''. J'ai essayée de rester près de lui le plus longtemps possible car les encouragments des spectateurs étaient plus fort avec le personnage! Même si je savais que je passais innaperçu près de lui, c'était amusant! Fait que je lui ai d'ailleurs mentionnée.

Voici d'autres clichés du marathon : Photos Brightroom Sylvie

jeudi 8 mai 2008

2 marathons, 2 expériences différentes, 1 nouveau défi!

Quand j'ai couru mon premier marathon le 18 novembre 2007, à Philadelphie, je le courais pour réaliser un rêve. J'en avais fait un événement personnel. Je savais exactement comment je voulais le vivre et personne ne pouvais me faire changer ma façon de m'y préparer. Je voulais le courir au complet, sans marcher (pas tout à fait réussit, mais presque!), je voulais le courir en endurance fondamentale, sans rencontrer le mur, je voulais parcourir la distance, peut-importe le temps. J'ai vécu ça a fond et je n'ai aucuns regrets.

Quand j'ai décidée de courir le marathon de New Jersey, je le faisais pour aller chercher de l'expérience. Continuer mon cheminement de dépassement de soi. Améliorer mes entraînements pré-marathon et améliorer mon temps de marathon. Je ne peux pas dire que j'ai atteint l'objectif du pré-marathon, chose qui m'a beaucoup déçu et surtout, m'a rendu très insécure, comme ça m'arrive rarement, mais j'ai atteint le deuxième et ce, au delà de mes attentes et à ma grande surprise.

Courir ses 2 marathons m'ont appris (ou rappeler) pleins de choses sur moi.
  • J'ai appris que ça m'arrive d'être insécure, bien malgré moi. Et que c'est correct! Il faut juste apprendre de cet expérience et grandir.
  • J'ai appris que je suis fondamentalement positive.
  • J'ai appris qu'en course à pied (et en vélo!), ma tête dur m'est très utile!
  • J'ai appris que je ne suis pas attachée à mon ongles d'orteils. Ce n'est pas beau à voir ... ;-)
  • J'ai appris que je suis capable de vivre avec certaines douleurs, les oublier quand j'en ai pas besoin et m'en occuper quand c'est le temps. Il faut savoir que je suis très moumoune quand on parle de douleur.
  • J'ai appris que je suis capable de lâcher prise quand c'est le temps.
  • J'ai appris que l'énergie que nous donnent les gens qui nous entourent, quand on sais la reçevoir, est une force incomparable.
  • J'ai appris et je vais continuer à apprendre et c'est pour ça que je cours!
Et c'est aussi pour ça que je veux aller plus loin. En commençant par m'inscrire aujourd'hui-même au 50 km de Lévis qui aura lieu le 5 juillet prochain.

Il y a juste les fous qui ne changent pas d'idées!

Je vais le faire. Je peux le faire. Je prend cette course comme porte d'entrée pour l'ultramarathon. Une autre aventure, un autre défi, une expérience qui m'en apprendra pas mal sur moi!

lundi 5 mai 2008

Marathon de Long Branch, New Jersey

Ce deuxième marathon me faisait tellement peur. J'étais très insécure, j'avais des doutes sur ma capacité d'avoir une belle expérience. Même si je travaillais très fort pour que ce soit une expérience positive, je sentais le négatif rôder pas très loin ... C'est fou comment un marathon nous fait grandir!

Le vendredi matin, 7h00, moi, ma mère et mon chum prenons le départ pour Brooklyn, NY. Déjà, assis dans la voiture, mon moral change et je me sens fébrile. Ce sentiment me rassure, mais je reste prudente. Je ne lâche pas encore prise. Nous avons dormis chez mon oncle ou nous avons mangé le repas
pré marathon parfais; un festin de pâtes maison avec du bon poulet. Tout ça, en bonne compagnie. Je me sentais tellement bien. Tranquillement, l'énergie arrive dans mes jambes. Ça commence doucement!

Dans la nuit de vendredi à samedi, j'ai fait un rêve pré marathon. J'ai rêvée que je me présentais au marathon pour me rendre compte qu'il y avait une étape de vélo de 90 km avant la course. Comme il ventait et pleuvais, j'ai annoncé à mon coach (Jean-Yves Cloutier!!!) que je préférais ne pas rouler dans ses circonstances. Je me suis réveillée!

Samedi matin, en route pour Long Branch au New Jersey. Premier arrêt, l'expo du marathon. Une belle grosse tente qui ressemble aux tentes du Circle du Soleil. Il y avait des souliers de course à pied à vendre. J'ai évidemment saisie l'occasion de m'en procurer une paire. Imaginez ... 120$US pas de taxes au lieu de 205$ Canadien + taxes. Incroyable!

J'ai pris mon kit! Je vais porter le numéro 1394. Je me suis acheté un T-shirt à 5$ du marathon. Il fait fille, il est rose, trop cute! En après-midi, lunch, repos, ballade en voiture, souper, repos et dodo! Typique journée pré marathon ;-)

Ma nuit fut brève et bizarre. J'ai dormis comme un bébé de 9h30 à 1h00. À 1h30, j'étais prête à partir. J'avais les jambes qui me réclamaient de courir. C'était plus fort que moi. J'étais réveillée et je voulais me préparer. J'ai dû patienter jusqu'à 4h15 quand, à mon grand bonheur, ma montre m'a réveillée dans un léger sommeil.

J'étais super heureuse, fébrile et avec tout pleins de fourmis dans les jambes. JOIE! Mon déjeuner fut un classique de matin de course ... bagel nature, smooties au fruits des champs et melon d'eau.

Nous étions sur le site à 6h00. Je suis restée bien au chaud dans la voiture et c'est là que j'ai pris d'importantes décisions qui allaient influencer le reste de ma journée. J'étais assis devant mon sac. J'avais le choix entre ma montre GPS Garmin et ma montre Timex Ironman. Si je choisissais mon Garmin, j'allais probablement trop regarder ma vitesse et ne pas écouter mon corps. Mon choix a été facile. J'ai pris ma Timex. J'ai décidée de courir ce marathon selon mon feeling et surtout, de me faire confiance et de lâcher prise. J'avais aussi un autre choix à faire ... mettre ma petite bouteille de gel dans ma poche de chandail ou porter ma petite ceinture à gel. Après peu de réflexion, presque nonchalente, j'ai décidée de la mettre dans ma poche arrière de mon chandail, même si ça ballottais dans je cours. C'est bizarre comme décision car je savais pertinemment que ça allait m'énerver. Mais c'est quand même ça que j'ai fait.



Munie d'un élégant sac de poubelle, je me suis dirigée vers la ligne de départ avec ma mère et JP. C'était humide et frais, mais il ne ventait pas. Le temps ne passait pas assez vite et tout était rapide en même temps. J'ai fait le vide dans ma tête. J'ai arrêtée d'analyser, de me poser des questions, de m'inquiéter pour si et pour ça. Je me suis préparer à courir pour le plaisir.



Je me suis infiltrée entre les lapins de 4h30 et 4h45. On comprend assez rapidement par ce geste que c'était ma zone de confort. En fait, mon premier objectif pour ce marathon était de le terminer. Ensuite, dans un temps meilleur que celui de Philadelphie (4h42). Puis, si j'avais une pas pire journée, je pouvais me permettre de rêver à 4h35 et vraiment, si je suis super chanceuse, je visais 4h30. Mais là, je poussais pas mal mon objectif! Je ne me sentais pas trop réaliste d'y penser!!!



Le départ s'est effectué sans trop de problèmes. J'ai dû accélérer pour me faire un chemin parmis les milliers de coureurs. Nous étions 8500. 3500 pour le marathon et 5000 pour le demi. Tous partaient en même temps sur un chemin assez étroit.

Assez rapidement, je me suis retrouvé en avant du lapin de 4h30. Je me suis alors dit que j'allais essayer d'y rester le plus longtemps possible. Ça m'a alors servie de motivation pour toute ma course.




JP m'a suivi pour la première boucle de 21.1 km en vélo de montagne. J'étais très heureuse qu'il y soit, mais en même temps, je ne me préoccupais pas trop de lui car j'étais tellement concentrée sur ma course. J'étais concentrée sur mon rythme que je souhaitais constant et pas trop essoufflant pour me garder des réserves, tout en dépassant un peu ma zone de confort. Contrairement à mon premier marathon, je ne voulais pas courir en endurance fondamentale. Je voulais courir ce marathon comme une course.



Voici mes splits pour les 13 premiers miles:

Mile 01 - 00:10:03 (10:03)
Mile 02 - 00:19:46 (09:43)
Mile 03 - 00:29:34 (10:28)
Mile 04 - 00:39:26 (10:32)
Mile 05 - 00:49:14 (10:28)
Mile 06 - 00:59:03 (10:29)
Mile 07 - 01:09:00 (10:37)
Mile 08 - 01:18:08 (09:08)
Mile 09 - 01:28:50 (10:42)
Mile 10 - 01:38:38 (10:28)
Mile 11 - 01:48:34 (10:36)
Mile 12 - 01:58:29 (10:35)
Mile 13 - 02:08:13 (10:24)

Pendant cette première moitié, j'ai commencé à avoir confiance d'être capable de faire tout près de 4h30. Je visais ce chrono et rien ne m’arrêtait!

Au 13ième mile, l'énergie était super. Tous les demi marathoniens entraient au bercail et nous, les marathoniens, passions à côté de cette ligne d'arrivée tant convoitée pour refaire la même boucle. Je me sentais chanceuse de pouvoir continuer.

Aussitôt sortie de cette masse de coureurs et spectateurs, ce fut soudainement très tranquille. J'ai alors mentionnée ce fait à une coureuse à côté de moi et elle m'a répondu : ''It's going to be a lonely 13 miles.'' Je me suis alors mis à travailler psychologiquement pour rester positive et forte. C'est là que mes citations ont servies. Celles que je me suis répétées le plus c'est : ''Reste forte. Tu es capable. Pain is temporary, pride is forever. Tu vas y arriver. On ne lâche pas. Imagine, tu vas nager 3.9 km et rouler 180 km avant ce petit marathon quand tu feras ton ironman ... c'est rien!''

J'ai aussi pensée à tous mes collègues blogueurs qui me lisent et qui m'encouragent à continuer (merci!). J'ai également couru en pensée avec mon amie Vérane. Elle courrait à Montréal afin de se tester une dernière fois avant de s'inscrire pour le marathon d'Ottawa. Je crois que l'on s'est aidée car elle s'est inscrit! J'ai aussi pensée à des images que certains de mes amis mon prêté de par leurs expériences.


Au 18 ième mile, j'ai croisée ma mère et mon chum qui m'encourageaient avec une grande énergie. Sur la photo ci haut, je suis en train de leur dire : ''En bas de 4h30!'' J'entends ma mère me crier GO Sylvie!

J'étais motivée et je me sentais forte. Je visais maintenant en bas de 4h30! Imaginez, moi qui osait même pas rêver d'un chrono plus pas que 4h30. J'étais vraiment dedans. Je trippais, malgré une fatigue qui s'installait tranquillement. À chaque miles, je me disait : ''Cool! Mile 15. Super mile 17.
Génial, mile 19, WOW, mile 20, il m'en reste 6! Rien là! Anyone can run 20 miles, it's the last 6 that counts!''. Je commençais malgré tout à penser que j'allais faire connaissance avec LE MUR! Je me préparais tranquillement à l'affronter, au cas ou il déciderait de se présenter.

Au 21 ième mile, il s'est présenté sous forme de coup de barre musculaire tellement fort que j'ai dû marcher, pour la première fois depuis le début. C'est là que j'ai entendu mon chum me dire plus tôt ce matin que Rosaire, un membre de notre club de course lui avait dit que pendant un marathon, si on doit marcher, on ne marche pas plus que 30 secondes. Je me suis mis à compter jusqu'à 30 et j'ai repris ma course. Entre les miles 21 et 23, j'ai fait ça à 3 reprises. En poussant quelques gémissements et des Haaaaaa, Hooooooo, Aouch! Mon ischio droit et mon mollet de la même jambe criaient de douleur. J'ai aussi marché pendant les points d'eau, geste que je n'ai pas posé avant le 21 ième mile. PÉ-NI-BLE! Je me suis même dit : ''Un marathon, pu ja-mais!!!''
Soyons réalistes, c'était la douleur qui parlait!

Les 3 derniers km, j'ai tout donnée. J'ai donnée un coup de pied dans le derrière du MUR et je me suis mis à reprendre mon rythme normal du marathon. Au diable la douleur! Au dernier point d'eau, je marchais en buvant ma dernière gorgée d'eau du marathon. Puis, juste avant de reprendre mon rythme, j'ai poussée un ''Oh my goddddd!'', la tête bien basse. Un homme dans la soixantaine, voyant que je souffrais m'a alors dit : ''Come on, it's suposed to be fun!'' Je lui ai répondu : ''Believe me, I'm having a blast!'' Et dans le fond, c'était vrai.

Je le voyais de plus en plus que je pouvais finir en bas de 4h25. C'est ce qui m'a motivée le plus. Les derniers 200 verges, je pleurais de joie. Un coureur que j'ai dépassée m'a encouragé en voyant mon émotion! J'entendais les spectateurs me féliciter en criant mon prénom. Go Sylvie, your there! Je me sentais comme une rock star!

Voici mes splits entre les miles 14 et 26.2:

Mile 14 - 02:18:14 (10:01)
Mile 15 - 02:27:15 (09:01)
Mile 16 - 02:37:36 (10:21)
Mile 17 - 02:47:31 (10:35)
Mile 18 - 02:57:50 (10:19)
Mile 19 - 03:08:19 (11:09)
Mile 20 - 03:18:39 (10:20)
Mile 21 - 03:29:16 (11:17)
Mile 22 - 03:40:15 (11:39)
Mile 23 - 03:51:21 (11:06)
Mile 24 - 04:02:30 (11:09)
Mile 25 - 04:12:40 (10:10)
Mile 26 - 04:22:53 (10:13)

Mile 26.2 : 04:24:47


J'ai tellement doutée. Mais je l'ai maintenant fait. Un marathon de plus dans mes jambes et une expérience absolument mémorable.



Le sentiment d'accomplissement que je ressens est indescriptible. Et je suis si heureuse d'avoir prise les bonnes décisions le matin dans la voiture qui ont été parfaites pour moi.

- Ma montre. Juste de voir les chronos au miles m'ont suffit. Mon GPS ne m'aurais pas permis de me laisser autant aller. Elle m'aurait nuit. Elle m'a nuit dernièrement. Je vais la laisser de côté pour quelques semaines. Ça me fera du bien.

- Ma nutrition. Ma fameuse petite bouteille de gel n'est pas restée longtemps dans ma poche de chandail. Ça m'énervait plus qu'autre chose. Je l'ai alors gardé dans ma main. Tout simplement! Et le positif dans ça c'est que ça m'a permis d'y pensé d'en prendre du gel. Dès le début du marathon, je me suis improviser une stratégie de nutrition. J'allais alterner à tous les 2 points d'eau entre au premier, 1 shot de gel + de l'eau et au deuxième, du Gatorade et de l'eau. Je n'ai pas manqué d'énergie calorique. Mon mur a été causé par mes douleurs à ma jambe droite. J'ai peut-être manqué de sodium. Mais pas de glucide, j'en suis pas mal certaine. J'ai pris des quartiers d'oranges quand on nous en offrait. J'ai bu du coke plat vers le 20.5 mile pour nettoyer mon estomac. Génial! Ça fonctionne bien, mais il faut le jumeler avec de l'eau. Vers la fin du 22 ième mile, je me suis payée une gâterie pour me relevée le morale, des jujubes à l'orange. J'ai dévorée le sac de 100 calories avec grand bonheur! Un moment de soulagement pendant le creux du MUR.

J'ai eu des coups de coeurs pendant la course. Cet homme de 65 ans qui m'a dit d'avoir du fun, et bien à la tente de bouffe, je l'ai félicité. En jasant, il m'a dit son âge et m'a mentionné que c'est son 9 ième marathon CETTE ANNÉE! 65 ans! Tous en bas de 4h30. Il en cours un autre dans 2 semaines. C'est mon nouvel idole.

Dans le deuxième tour, un jeune de 13-14 ans m'a donné mon eau en courant à côté de moi. Ça m'a fait tripper. Il m'a encouragé et m'a donné une petit tape sur le dos comme pour me donner un petit élan. Il ne le sait pas à quel point il m'a aidé!

Un couple fin soixantaine qui ont passé la matinée sur leur balcon à jouer du tambour et nous encourager. Mignon!

Le gars au tapis pour le chrono qui m'a presque pris dans ses bras à mon passage tellement il était chaleureux dans ses encouragements.

Mais le summum de cette journée c'est de terminer le marathon dans les bras des gens que j'aime. Ma mère et mon chum. Leur présence fut fort appréciée. Merci pour tout!



Il est quand le prochain marathon ?

dimanche 4 mai 2008

Recap. Semaine du 28 avril

Lundi: Repos ou séance de torture en massothérapie ;-)))
St'une joke Pitlipitli. Je n'ai pas eu si mal que ça ... aouch! J'en avais besoin.
90 min de soins sur mes jambes. Très efficace et excellent timing pour ce soin. Merci Iza ;-)

Mardi: 7.2 km de course à pied
Entraînement avec les Vainqueurs sur la piste de 400m. En fait, je me suis entraîner seule car j'étais la seule à être à 5 jours d'un marathon. Au programme, 2x1000m au 5 km pace. Bon, je l'avoue bêtement, je suis allée trop fort pour le premier 1000m que j'ai couru en 4 min 34. Il aurait fallu que je le cours en 5 min 15. Genre. Après 12 min de jog, j'ai fait 600m au lieu de 1000m car j'avais froid et le souffle court. Ce n'est pas le temps de me brûler!

Mercredi: Repos
Je sens que je paye pour mes folies de la veille.

Jeudi: 4 km de course à pied
Super mollo afin de reprendre le rythme et me déstresser. C'était agréable. Je suis allée au feeling, sans surveiller ma vitesse. À la fin, je fut agréablement surprise de ma vitesse de cette sortie mollo : 9.7 km/h. Ravie!
Presque tout de suite après, 1h45 de massothérapie avec Pitlipitli. Séance énergétique et anti-stress fort agréable et qui fait un grand bien. Une chance que je l'ai cette fille-là dans ma vie. Merci encore et encore!

Vendredi: Repos
En route pour Brooklyn ou on passe la nuit chez mon oncle.

Samedi: Repos
Journée à Long Branch, NJ!


Dimanche : Marathon de New Jersey
42.2 km pour la deuxième fois de ma vie. Mon récit suivra bientôt!
Un petit preview ... je suis très heureuse du résultat. Heureuse et surprise!

Total de la semaine:
53.4 km de course à pied

Total du mois d'avril:
116.6 km de course à pied
171.8 km de vélo