mercredi 30 avril 2008

Dans 4 dodos!

Quand on me demande si j'ai hâte de courir mon prochain marathon, j'ai de la difficulté à répondre spontanément d'un grand enthousiasme. Oui, j'ai hâte, bien évidemment car j'adore courir et la distance du marathon est pour moi un très grand défi. Mais dans le fond de moi, je suis déçu de ma préparation pour ce marathon.

Pour moi, aller courir un marathon, ce n'est pas juste pour le jour M. C'est toute la préparation qui vient avec qui est importante. J'avais un objectif pour le marathon de New Jersey de faire au moins 75% de mon programme d'entraînement. Ce que je n'ai pas réussie à faire. Ma pire déception sont mes deux dernières semaines de peak que j'ai complètement ratée dû à des circonstances personnelles. Des problèmes dans ma vie qui m'ont beaucoup contrariés et qui m'ont enlevée le goût de m'entraîner et de faire bien d'autres choses aussi. Une mauvaise passe qui a mal tombée.

Aujourd'hui, à 4 dodos de mon deuxième marathon, je vais beaucoup mieux. Sportivement et personnellement. Je fais mon deuil de mes dernières semaines car il n'y a rien d'autre que je peux faire pour changer les choses.

J'ai envie de vous demander un petit service, chers lecteurs de ce blogue ...
Pour mon marathon, je vais apporter avec moi des citations inspirantes à me répéter pendant le temps de la course (qui sera assez longue!). C'est une idée de mon amie Lise qui a déjà fait ça pour un de ses marathons. Je te l'emprunte, tu me permet?!!! Écrivez-moi vos citations préférées qui vous inspirent et je penserez à vous en me les répétant dimanche prochain!

4 dodos! Yahou!!!

dimanche 27 avril 2008

Recap. Semaine du 21 avril

Lundi: Repos

Mardi: 8 km de course à pied
Un entraînement fort agréable ou j'ai poussée mon cardio afin de m'acclimater à avoir le souffle court et à suer quand il fait chaud. Ça m'a fait du bien.

Mercredi: 5 km de course à pied + massothérapie
Un petit jog matinal fort agréable. J'ai couru un de mes classiques qui me fait faire le tour de mon quartier. C'est fou car en courant sur ce circuit, j'ai encore réalisée à quel point j'ai fait du chemin. 3 ans derrière moi, ce 5 km était tellement difficile pour moi à courir. Aujourd'hui, c'était un pet ... un petit jogging de récupération !

À 11 dodos du marathon, j'entame un dernier blitz de massothérapie avec Pitlipitli. Elle a travaillée mon dos, mon cou et mes jambes. Un bon 1h45 de masso/jasette fort efficace et agréable. La semaine prochaine, j'ai 2 traitements. Je vais être prête!!!

Jeudi: 7 km de course à pied
Mon dernier entraînement tempo avant le marathon. Et j'ai tout donnée!
J'ai commencée avec ma chienne Muscade qui se fait toujours un grand plaisir de m'accompagner en course à pied. 2.5 km avec elle. Puis, 4.5 km seule. J'ai fait une moyenne de 10.6 km/h. Assez rapide pour moi, mais c'est la vitesse de mon rythme tempo. J'ai adorée mon entraînement. Je me sentais très bien. Le Jardin Botanique commence à prendre vie comme le printemps. Je me suis arrêté pour reprendre mon souffle et sentir un arbre fleuri de petites fleurs jaune. Magnifique!

Vendredi: Repos
Au départ, je souhaitais aller à la piscine pour commencer mon apprentissage mais c'était ouvert de 6h30 à 8h30. Comme je me suis couchée très tard, j'ai cru bon dormir afin d'être reposée pour la fin de semaine. Sage decision!

Samedi: 16 km de course à pied + bénévolat à la course YMCA
Journée avec comme thème la course à pied!
En matinée, ma dernière longue sortie avant le marathon. Ça a bien été. Je me suis habillée trop chaudement. C'est difficile de savoir comment s'habiller ses jours-ci ... leggings long, trois quart, court, t-shirt, manches longues, coupe-vent ... gants, pas de gants ... tuque ou casquette! Enfin, j'ai eu chaud. Mais il y a du bon à avoir eu chaud ... ça me prépare à cette éventualité pour le marathon! Dans le fond, j'avais tout prévu!!!

Je suis allée courir au Jardin Botanique, comme j'ai fait tout l'hiver, mais là, pour briser la routine, attention, je suis aussi allé
e au Parc Maisonneuve. Youhou! Nous sommes quand même chanceux d'avoir de beaux parcs pour courir en pleine ville. Ça, je l'apprécie beaucoup. Et puis ça sent réellement le printemps. Le vert commence à faire son apparition et c'est de toute beauté. J'ai vu un père courir accompagné de ses 2 jeunes enfants qui eux, roulaient à ses côté en bécik à pédale! Haaaaaaa .... Moi aussi je veux vivre ça! Un jour ...

À 16h45, rendez-vous au Biodôme pour notre bénévolat au Défi du printemps de YMCA. On nous remet des t-shirt trop grand et un petit lunch, on nous donne nos tâches et up, on se rend à notre poste. Moi et JP assurions le chemin au Jardin Botanique. En plus d'être des cheerleade
rs exemplaires!!! Surtout mon chum. Je l'entendais jusqu'à mon spot. Il encourageait très fort les participants. La plupart ont semblé aimer ça. J'ai reçu quelques remerciements, certains m’ont même applaudit! Sommes toute, c'était une belle façon de terminer la journée.

Dimanche: 63.4 km de vélo
Christie
que c'est le fun rouler avec des amis!
On a fait cette boucle absolument bucolique dans les Cantons de l'Est. Vallonneuse, mais pas trop. 3 bonnes montées qui font souffler, mais pas trop difficile non plus. GÉNIAL. Encore, je suis restée sur ma faim. J'aurais continué un autre 30k facile! Je me sens pas mal plus forte en v
élo que l'année dernière. C'est encourageant à constater en début de saison. Les 10 derniers km, ça roulais en fou. On roulait en délinquents dans un peloton non-organisé, comme si nous étions dans une cyclo. J'ai eu du fun pas à peut prêt. Merci à la belle gang de Vélocia qui m'a permis de terminer ma semaine en beauté!



Total de la semaine:
36 km de course à pied

63.4 km de vélo

samedi 26 avril 2008

L'élégante coureuse

Courir me donne des opportunités de mettre certaines élégances de côtés.

Quand je ne cours pas, je me garde des petites gênes. Je suis la fille bien élevée qui ne dérange pas son entourage avec des grossièretés.

Jamais j'aurais cru devenir cette coureuse à mes débuts. Si j'avais envie de me moucher, j'attendais d'avoir un mouchoir. Je retenais mes flatulences le plus possible et mes rôts ne sortaient pas de ma bouche sans qu'il n'y ait personne à des kilomètres de moi.

L'année dernière, mon chum JP m'a fait la démonstration de la technique pour se soulager les narines. Il m'a expliqué qu'au lieu de me moucher avec un mouchoir (certainement la chose la plus élégante à faire dans la vie normal, mais en vélo, c'est presque impossible à faire sans s'arrêter), je n'avais qu'a boucher la narine opposée à celle qui veut se faire vider, tourner doucement ma tête de côté et expirée le plus fort possible afin de dégager cette narine. La première fois que je l'ai fait, je l'ai fait comme une vraie fille. J'ai insistée pour que mon chum ne me regarde pas et je me suis assurée que personne ne pouvait me voir. Je l'ai fait comme une vrai moumoune aussi. J'ai à peine expirée et ça n'a pas donnée un résultat élégant ... ! Je me trouvais tellement 'gars' de faire ça, mais j'ai du même coup trouvé ça très pratique. Puis, en parlant à mes amies cyclistes et coureuses, je me suis rendu compte qu'elles aussi pratiquaient cette technique! Quel réconfort ;-)

Maintenant, quand je cours, je suis moins gêné de le faire. Bien sûr, je ne le fais pas à côté d'un coureur ou d'un cycliste. Je pratique un certain respect des autres ... J'ai aussi moins de gêne à laisser mon corps faire ce qu'il a à faire pour être confortable. Si mon corps à besoin de rotter, et bien je lui permet! Même chose pour les flatulences ...

Pas facile à avouer tout ça. Mais je sais que je ne suis pas seule à le faire. Avouez-le les filles, vous le faites tous ... et ça fait du bien!

jeudi 24 avril 2008

Je vois des bedons partout

Quand je me suis mis à la course à pied, je voyais des coureurs sur tous les trottoirs.

Quand j'ai adopté mon premier chien, un golden retriever, j'en voyais dans tous les parcs de mon quartier.

Quand je me suis mis au vélo de route, je voyais des cyclistes sur toutes les belles routes du Québec.

Quand je me suis fait retirée mon stérilet aujourd'hui, je me suis mis à voir des bedons de femmes enceinte partout!

Je suis super heureuse d'être rendu à cette étape de ma vie. Heureuse et un peu angoissée en même temps. J'ai hâte d'être mère. J'ai hâte d'avoir un bedon. J'ai hâte de vivre les étapes d'une grossesse, de l'accouchement, de vivre l'évolution d'un être humain qui vient de moi et de l'homme que j'aime. Ça va être le plus grand défi de ma vie, c'est certain.

Mes angoisses ne sont pas reliées à mes capacités de future mère. Je me sens assez confiante et prête pour cette aventure. Mes angoisses sont au niveau de ma vie de sportive. C'est un mini deuil que je dois faire. Je dois mettre de côté temporairement mes objectifs de courir tel ou tel distance, de faire tel ou tel compétition. Pendant le temps d'une grossesse et le temps de reprendre l'entraînement, je ne ferai pas de marathon, de course de vélo ou de duathlon. C'est sûr que je vais tripper à d'autres niveaux. Ça, je le comprends. Mais l'idée d'arrêter de courir pour plusieurs mois m'angoisse. Ce n'est surement pas rationnel comme sentiment, mais c'est ce que je vie quand même!

Mon objectif de faire un Ironman me trotte dans la tête. Ce qui m'encourage c'est que je vais pouvoir aller à la piscine lorsque je serai enceinte. Je vais alors garder la forme et apprendre à apprivoiser ma peur de l'eau. Ça m'aide à atténuer mon angoisse et ça me donne un bel objectif à atteindre pendant ma futur grossesse.

Je vois des beaux bedons partout et j'espère en voir un d'ici quelques mois en me penchant la tête vers le bas!

D'ici là, je cours, je roule et j'en profite au maximum!

mardi 22 avril 2008

La duathlète en moi veut se faire entendre

Depuis le 2 septembre 2007, le lendemain de mon duathlon demi-ironman, j'ai concentrée tous mes efforts et énergie à la course à pied. J'avais un rêve à réaliser. J'ai couru mon premier marathon.

L'hiver est arrivé et j'ai continué la course à pied. Mon vélo hibernait tranquillement dans mon appartement. Je l'avais presque oublié. Je me suis mis à focuser sur mon prochain marathon.

Mais là, la belle saison est commencée et mon vélo m'appelle souvent. Je lui répète que je ne peux me consacré à lui autant qu'il le désir, mais que ça viendra.

Cet hiver, j'ai commencé à rêvé à l'ultra marathon. Je me suis donnée comme défi de faire le 50km de Lévis pour m'y plonger tranquillement.

En regardant mon plan d'entraînement du 50k, qui est très alléchant pour la coureuse en moi, il n'y a pas beaucoup de place pour la cycliste en moi. Pas assez en tout cas. Je suis déchirée ...

La duathlète en moi se fait entendre et je l'écoute. Dans le fond, les duathlon sont pour moi l'occasion rêvé de jumeler mes deux passions. C'est un moment de bonheur que de courir, rouler et puis courir encore.

Je flirt alors avec la possibilité de remettre à plus tard les ultra marathons afin de me payer un duathlon longue distance le 5 juillet à Lévis. 5k de course à pied, 90k de vélo et 10k de course à pied. Je salive déjà quand je pense aux belles rides d'entraînements qui m'attendent en préparation de ce duathlon, aux bricks que je vais me farcir afin d'être au maximum de ma forme au dernier 10 km ...

Si je me concentre sur le 50k, je devrai sacrifier la cyclosportive de Charlevoix, je devrai rouler moins pendant notre périple entre Montréal et Boston en vélo, je devrai courir plus et rouler moins ...

Comme la saison de vélo est courte, je trouve ça difficile à prendre comme décision. Je vais me décider après mon marathon du 4 mai ... mais mon petit doigt me dit que je ferai surement le Duathlon Plus de Lévis!

dimanche 20 avril 2008

Recap. Semaine du 14 avril

Lundi: Repos
Toujours en Arizona, je suis trop brûlée du week-end Ironman et le soleil qui frappe fort n'aide pas. On a fait les valises et on s'est préparé pour le retour à Montréal. J'avoue que j'avais hâte de retrouver ma routine. Être si près de mon marathon et si débalancé me déstabilise vraiment. J'ai besoin de me retrouver dans mes affaires et de reprendre le contrôle de mon entraînement.

Mardi: Repos
Le voyage à la maison a pris toute la journée. Aucunes possibilitées de courir. La journée s'est très bien déroulée et je suis ravie d'être chez moi!

Mercredi: 6 km de course à pied
Après ma journée de travail, moi et mon chum avons fait une petite sortie en couple question de se remettre dans le coup et de passer un bon moment ensemble. Ça a bien été, malgré ma fatigue. Je retrouve mon rythme et ça fait du bien de courir.

Jeudi: 9.2 km de course à pied
Comme j'ai une journée remplie, mon seul temps pour courir était tôt le matin. Levé du corps à 4h10 ... début de l'entraînement à 4h35. Ce n'est pas facile de courir avec des jambes qui dorment encore, mais après 15 minutes, ils se sont réveillés et ont bien suivis!!! Je me suis promené sur le plateau. C'était calme, j'ai adorée ça. Je me sentais presque privilégié de courir avant que tout le monde se lève ...

Vendredi: 21.1 km de course à pied
Comme je ne pouvais pas faire ma longue sortie en fin de semaine, j'ai décidée de la faire après le travail, à 16h. J'avais apporter mon linge dans un sac à dos et mon chum est venu me rejoindre à Radio-Canada pour m'accompagner un peu et transporter mon sac.

Départ de la SRC vers le pont Jacques-Cartier à 16h15. On va sur l'île Ste-Hélène. J'ai croisé quelques cyclistes/amis vélociens à mon arrivée sur l'île. On le sens, c'est la fièvre du printemps! Mon vélo me manque tellement ...

JP m'a accompagné pour mon premier 6 km. Quand il est partie, je suis allée faire un tour du circuit Gilles-Villeneuve. C'était le fun de courir avec les cyclistes et ça m'a permis de constater l'état du circuit. C'est roulable, mais il reste encore quelques tas de neige!

J'ai trouvée cette sortie assez difficile. Je ne suis pas au maximum de ma forme ses jours-ci et encore moins en fin de journée. En fait, je n'aime pas trop courir à cette heure-là. Il faut aussi que je m'habitue à la nouvelle température. Je ne m'en plaint pas du tout, il faut juste s'adapter. J'ai également manqué d'eau. En revenant sur l'île de Montréal, je suis arrêté au dépanneur pour acheter du Gatorade. Une chance que je traine toujours un peu de sous quand je cours! J'ai bu l'équivalent de 2 bouteilles de Gatorade de 575 ml pendant cette sortie. Il y avait la pollution aussi qui n'aidaient pas mes poumons. C'était parfois dégeulasse. Je me suis ennuyée de mon Jardin Botanique!

C'était une sortie importante psychologiquement pour moi car ça fait 2 longues sorties de suites que je manque et je suis à 2 semaines de mon marathon. Il fallait que je sache comment je me débrouille pour la moitié de la distance. Je dois avouer que j'ai rushé et qu'à la fin, j'ai marché pour revenir à la maison. Quand j'ai vu 21.1k sur ma montre, c'était assez.

Je ne saute pas tout de suite aux conclusions, mais je sais que je ne peux pas viser un PB (personal best) pour le marathon. En bas de 5h, oui. Mais le reste, on verra sur place. Qui sait ... je trouverai peut-être l'énergie qu'il me faut le jour de la course pour un PB. On verra! Il faut que je lâche prise et que j'arrête d'angoisser.

Samedi: 43 km de vélo
ENFIN! J'ai roulé avec MON vélo sur les route du Québec!
Le bonheur. Je ne réalisais pas à quel point ça me manquait. J'ai fait une sortie vélocia. Nous étions au moins 30, si c'est pas plus. Nous avions des choix de distances et des groupes se sont formés. Nous avons roulé dans le coin de Marieville. C'était merveilleux. Le vent ne me dérangeait même pas. Au contraire, je l'ai adorée. Comme quoi j'étais heureuse! J'aurais tellement pu rouler plus. Je suis
un peu restée sur ma faim ...

Après notre ride matinale, nous sommes allés à la cabane à sucre. On a fini ça chez un ami pour en faire une journée parfaite!

Cette sortie m'a redonnée du pep et de la confiance. Je retrouve tranquillement la drive et le goût de me dépasser. J'ai vraiment envie de crier ... VIVE LE VÉLO!!!

Dimanche: Repos - encouragement au 21 kmtl
J'ai retrouvé les fourmis dans mes jambes. Ils étaient disparu depuis 2 semaines. Avec ma ride de vélo d'hier et ma matinée à encourager mes ami(e)s coureurs, c'est revenu comme par magie. Fiou! J'en suis ravie ;-) 14 dodos avant mon marathon ... et j'ai vraiment hâte!!! (ça fait du bien à écrire ... j'ai hâte au marathon, j'ai vraiment hâte!)

J'adore l'ambiance des courses. Tout le monde est fébrile et nerveux. Moi, j'étais super relaxe, mais un peu inquiète pour mon amie Vérane. Elle a des problèmes avec une jambe et j'avais peur qu'elle soit obligée d'abandonner la course. Quelle bonheur (et soulagement) de la voir courir ce demi-marathon tout souriante. J'étais tellement heureuse pour elle. Elle le mérite en maudit d'avoir fait cette course. Bravo Vérane! Tu vas le courir ton marathon! Je te le dis ;-)

J'ai eu le plaisir d'encourager beaucoup de mes collègues du club Vainqueur, dont Lise et Véronique. J'ai rencontrée pour la première fois miss Tri Girl Québec et encouragée mon amie Mademoiselle Pitlipitli. Tu es une championne Iza!

Total de la semaine:
36.4 km de course à pied
43 km de vélo

samedi 19 avril 2008

Le nouveau blogue de mon chum

Suite à quelques pressions de sa douce (moi), mon chum s'est décidé à partir son propre blogue. Yahou!

Il a commencé par écrire son récit du Ironman d'Arizona. Cliquez ici pour le lire! C'est super car il a mis des photos pris par les photographes sur place dont une quand il sort de l'eau. On voit bien qu'il n'est pas bien.

Bonne lecture!

mercredi 16 avril 2008

Le lendemain, le retour et un but ultime!


Nous nous sommes couché à 1h15 dans la nuit du dimanche à lundi, complètement brûlés. La nuit a été courte car nous avions le brunch des athlètes à 9h30.

Le brunch avait lieu dehors, en plein soleil. Je suis gênée de dire que j'en avais marre de ce soleil. Il faisait encore plus chaud que la veille et le soleil était perçant. Malgré mes couches épaisses de crème soleil, ma peau sensible n'en pouvait plus. Le déjeuner était bon. Ça rentrait bien! Nos amis Lyzane, Éric et Alain nous ont rejoint. Éric est arrivé 5ième dans sa catégorie d'âge. Il a eu droit à une plaque et un fuel belt.

Après avoir récupéré les photos pris par les photographes professionnels, nous avons passé l'après-midi à l'hôtel. Nous étions tellement fatigué. J'ai écrit mon récit, j'ai fait mes valises, j'ai dormie. Nous avons terminé ce voyage avec la gang dans un resto Thaï.

Voici nos trois médaillés avec leur T-shirt de Finisher


Le retour mardi fut bien agréable. Nous avons rencontré une triathlète professionnel qui vie à Gatineau et qui connaît bien nos amis Lyzane, Éric et Alain. C'était Marie Danais. Nous nous sommes rencontré car elle était sur notre vol et assis à côté de nous. Ses expériences en triathlon son vastes et intéressantes. Vraiment, ce voyage a été riche en rencontres.

Nous avons réussit à prendre un vol 2 heures plus tôt à Chicago ce qui m'a permis d'aller chercher ma petite Muscade avant la fermeture de la pension pour chien. J’étais tellement heureuse de la retrouver et de retrouver mon chez-moi. J'ADORE voyager et J'ADORE mon chez moi! C'est parfois déchirant ;-)

Ce voyage m'a réellement convaincu que je vais faire un Ironman plus tôt que je pensais. Au début, quand je m'étais promis d'en faire un, je voyais ça pour mes 40 ans ... là, je vois ça pour mes 34-35 ans ... dans 2-3 ans!!! Pendant la journée de l'événement, je me voyais TELLEMENT le faire. C'était plus fort que jamais. J'ai un gros défi à relever d'ici là ... vaincre ma peur, non, phobie, de l'eau. J'ai peur de mettre ma tête dans l'eau, de ne pas toucher le fond, de me noyer, de mourir dans l'eau. J'ai mis le doigt sur le bobo, maintenant, je dois régler cela. Je vais commencer à aller à la piscine dès la semaine prochaine. Baby steps vers un but très excitant! Moi aussi je veux entendre : Sylvie, You are an Ironman!
Ça va m’arriver...

I WILL DO THIS


lundi 14 avril 2008

L’Ironman Arizona 2008, une leçon de détermination et de courage

Faire un Ironman n’est pas facile à la base. Rajoutez à cela une journée chaude et sèche à 98 degrés F., des vents de 20 miles à l’heure et une hypothermie à la nage, moi j’appelle ça un Ironman digne de mention.

Je vais vous raconter ma journée, celle d’une spectatrice et fan numéro 1 de son homme de fer. Mon chum fera son récit cette semaine et je le publierai.

Levé du corps à 3h45. On a l’habitude … même que ce fut une levée plutôt tardive comparée à d'autres ironman du passé.

Nous avons pris un taxi pour se rendre au départ. J’aime beaucoup l’ambiance qui y règne. La fébrilité des athlètes, des bénévoles et des spectateurs est palpable.



J’ai laissée mon chum vers 6h20 pour me rendre à la ligne de départ. Les pros partaient 15 minutes avant la masse et je voulais avoir le meilleur spot! Et je l’ai eu.
Voici une photo du départ des pros :

Après ce départ, les athlètes 'groupe d’âge' s’avancent et attendent le signal. Certains seront dans l’eau près de 30 min avant le départ. À quelques minutes du coup de canon, je vois mon ami Pierre qui attend sur le bord de l’eau. Je lui crie après, il me voit. Il est super heureux. À 1 minute du départ il me dit : C’est à mon tour! Oui Pierre, c’est TA journée. Et tu le mérites amplement!



7h00, c’est partie!

video

Ça me fait toujours pleurer les départs d'Ironman. C’est vraiment beau à voir 2000 nageurs partir pour une conquète ! JP était quelque part dans cette masse.

Aussitôt partie, je décide de me diriger vers le départ du vélo pour m’assurer de voir partir tous les athlètes que je connais.


Il y a Alain Charlebois :



Éric Deshaies :

Lyzane Trepanier :


Et Pierre Thiffault.




Ils sont sortie presque dans cet ordre. Par contre, JP est sortie après Lyzane et avant Pierre. Normalement, je l’attendais entre Éric et Lyzane. Il devait passer vers 8h10. Il est sorti à 8h30. Pendant ses 20 minutes d'attentent, je me suis inquiètée. Je le savais bien qu’il se passait quelque chose de pas normal. J’avais tellement hâte de le voir. Quand je l’ai vu, je l’ai filmé et je lui ai demandé comment il allait :

video

Je n’ai su qu'à la fin de son Ironman qu'est-ce qui s'est passé pendant la nage ... en fait, il a fait une hypothermie dans le milieu de la nage, à 2 km environ. En sortant du lac, des bénévoles l’ont transporté dans la tente médicale et il a pris tranquillement du mieux. Il a donc décidé de rouler en vélo avec ses rallonge de manches et un t-shirt par-dessus son maillot du haut. Comme ça, il allait avoir chaud et espérer finir cette course.

Pour ma part, quand j’ai vu tous mes amis partir, j’ai rejoint les copines de ceux-ci et nous avons déjeuné rapidement car 60 km de vélo peut être rapide pour certains de nos athlètes!

Donc, pour les 2 premiers tours de vélo à JP, Lyzane, Alain, Éric et Pierre, nous sommes allées sur la rue Rio Salado, en plein soleil pour les regarder à l’œuvre.

JP a son premier tour :




JP a son deuxième tour :

video

Lyzane et Alain se suivent en commençant leur troisième tour :

Moi et la copine d’Alain allons alors dîner pendant qu'ils sont presque tous dans leur troisième tour. Nous savions déjà qu’Alain n’allait pas très bien puisqu’il roulait avec Lyzane. Normalement, il roule plus près d’Éric.

Au retour de notre dîner, nous nous dirigeons vers le départ de la course à pied quand on voit soudainement Alain et Lyzane entrer dans la zone de transition de vélo. On se regarde tout surpris … 1h20 pour 60 km … non, ça ne se peut pas … ils abandonnent c’est certain. Nous nous dirigeons alors à la zone de transition pour aller les retrouver. En effet, ils ne finiront pas la course.

Lyzane et Alain ont été malades toute la semaine et l’énergie n’y était juste pas. Lyzane est allée au médicale et plus tard, quand je l’ai vu, j’ai pu constatée à quelle point elle était déçu. Il y a rien qu’on pouvait lui dire pour rendre les choses mieux, juste de l’écouter. Lyzane est une athlète exceptionnelle, une fille que je respecte beaucoup. Ce n’est pas facile de quitter une course. Elle était très déçue, mais moi je dis qu’elle est courageuse. Tu vas prendre ta revanche ma belle et elle sera savoureuse!

J’ai vu JP commencer la course à pied. Il semblait aller bien. J’étais ravie. Pendant une bonne partie de la course à pied, j’avais un spot à l’ombre ou je pouvais voir mon chum passer à tous les 45 min en moyenne. Plus ça allait, plus il ralentissait. Mais ce qui m’a surpris, c’est que malgré le fait qu’il était chaos vers la fin, il souriait et avait du plaisir. D’habitude, quand il ne va pas bien dans une course, ça paraît. J’ai été super fière de son attitude ce jour-là. Un vrai champion tant qu’à moi!
Voici quelques photos et vidéos de sa course :

JP termine son permier tour ...

video

JP au tier de son deuxième tour ...



JP au tier de son troisième et dernier tour ... c'est presque fini!!!

À 1h de la fin, je suis allée me prendre un spot à la ligne d’arrivée. Pendant que je l’attendais, je me suis fait un plaisir d’encourager les finissants de cette journée de fou. Et puis vers 7h19 et quelques poussières, j’ai vu JP arriver au loin avec un grand sourire. Mes émotions étaient fortes quand je l’ai filmé ... pour la première fois en 5 ironman, il m’a vu à la ligne d’arrivé. Il m’a tapé la main et à terminé son 5ième Ironman en 12h20min10sec.

video

Je suis allée le voir à l’arrière. Nous nous sommes retrouvés et il m’a raconté son histoire d'hypothermie. J’étais tout à l’envers et tout admirative en même temps.

Nous avons eu de la belle visite aussi … un couple qu’on a rencontré dans l’avion mercredi dernier, Jean-Philippe et sa copine étaient venu avec leur gang du Club de triathlon Les Antilope pour venir encourager les athlètes et il nous ont vu. Ce fut la cerise sur le sundae pour mon chum.

Comme le veux notre tradition, après avoir eu un massage, récupéré et manger un peu (beaucoup!), nous sommes allés encourager les athlètes à leur arrivé jusqu’à minuit. L’ambiance était le fun, mais rien n’est comparable à Lake Placid par contre. Lake Placid, c’est spécial! Ce qui m'a frappé, c'est la quantité de monde qui marchaient en entrant à la ligne d'arrivée. D'habitude, les triathlètes trouvent un dernier souffle pour courir les derniers mètres. Mais là, tous étaient brûlés, littérallement.

Ce jour-là, 2024 athlètes ont pris le départ et 324 n’ont pas terminé. C’est le troisième plus gros taux d’abandon dans l’histoire des Ironman. C’est le plus difficile des Ironman que JP a fait, et il est très fier!

BRAVO JP! YOU ARE AN IRONMAN!!!

Bravo Pierre, Éric, Lyzane et Alain pour votre courage et votre détermination ... terminé ou pas, vous êtes vraiment des champions!

dimanche 13 avril 2008

Recap. Semaine du 7 avril

Après une semaine de repos ou je n'ai couru que 10k le dimanche, je reprend, comme je peux, avec une semaine remplie d'émotions.

Lundi: Repos
Dernier jour de travail avant les vacances. Quel bonheur!

Mardi: 7 km de course à pied
Je l'avoue, j'ai mal au tibia de la jambe droite. J'ai le goût de l'ignorer, mais je ne le peu pas. J'ai pris ça super mollo. 4 km avec ma chienne Muscade et 3 km seule. J'ai croisée mon amie Vérane à la fin. Une rencontre remplie d'émotions. On lâches pas Vérane ... té la meilleure!
Pour revenir à mon tibia, j'ai mis de la glace dessus. Je vais y aller au jour le jour. Mon but ... guérir le plus vite possible. Si ça veut dire que je ne cours pas mon 20 mile samedi, so be it! Je veux courir mon marathon. Il faut que je sois guérit pour cette journée.
En soirée, je suis allée chercher mon maillot cyclopétard ... je vous promet une photo bientôt!

Mercredi: Repos

Jeudi: 9 km de course à pied et 65 km de vélo

Belle matinée à Tempe, AZ. Après une nuit de sommeil bien méritée, j'ai une énergie qui me pousse a aller courir au plus vite. Je me suis baladé autour du canal de Tempe. C'était super. Je commence par contre à penser que mes souliers sont dû pour être changer ... après 420km. Je suis découragée. Une chance que je suis au États-Unis pour m'acheter une nouvelle paire. C'est beaucoup moins cher.

À 10h, nous sommes partie avec un vélo que j'ai loué. Un Masi Vincere, en aluminium. Les premiers 25-30 km ont très bien été. J'étais en feu. Ma première sortie de vélo de l'année. WOW. Quel bonheur. En milieu de parcours, j'ai commencée à avoir mal au genou droit. Merde. Je crois que c'est une mauvaise position sur le vélo. Car j'avais de l'énergie. Mais mon genou a boqué. Mausus. J'ai roulé dans la roue de JP pour les derniers 20 km afin de moins forcé. Nous avons fait le parcours de 60 km du Ironman. Assez plat comme parcours. Mais le vent est assez présent. Ça risque d'être le facteur de difficulté pour les cyclistes.

Vendredi: Repos
Journée ou j'ai tout de même marché l'équivalent de 12-13 km ... on peut appeler ça de la récupération active!

Samedi: 11 km de course à pied
J'étais supposée courir mon 32 km, mais l'énergie y était pas. On dirait que j'ai perdu le momentum depuis la semaine dernière. J'ai peur de ne pas être prête pour mon marathon. C'était pénible de courir ce matin. Pénible au niveau de l'énergie. Musculairement, ça allait. Aucuns inconforts. Juste de la lourdeur. J'avais beau pousser mon corps à aller à un rythme normalement confortable (je sais que c'est bizarre à dire ... pousser pour être confortable ...), mais je n'y arrivait pas. C'est réellement un signe de ma fatigue psychologique. J'ai donc dû me résilier à entrer à l'hôtel et essayer de ne pas m'appitoyer sur mon sort. Pas facile. J'ai passée l'après-midi a réfléchir, a analyser le pourquoi de mon état d'âme, me déculpabiliser ... sous l'écoute de mon chum, la veille de son Ironman. Je souhaite juste que je ne l'ai pas trop déconcentré ...


Ceci étant dit, mon 11 km était bien à la base. Je n'ai pas su apprécier le beau paysage qui s'offrais à moi. C'est quand même fou quand j'y pense. Je me suis rammasser dans de superbes coin de la ville de Tempe. Les cactus, la végétation aride, la vue des rochers rouges, les petits quartiers résidentiels tout charmant, le soleil si chaud et réconfortant ... haaaaa. Il y a des jours comme ca!

Autre point positif dans cette sortie. Mon mal de tibia était directement liée à l'usure de mes souliers. J'ai couru avec ma nouvelle paire acheté la veille et miracle, aucunes douleurs. Ceci étant dit, je trouve que mes souliers ne durent pas longtemps. Ma première paire avant le marathon de Philly a durée 650 km et ma dernière paire, 420 km ... est-ce que mes tibias sont plus sensible ? Ai-je besoin de plus de coussinage ? Chose certaine, je suis soulagée de n'avoir plus mal au tibia ... un obstacle de moins avant mon prochain marathon !


Dimanche: Cheerleading au Ironman AZ!

Total de la semaine:

27km de course à pied et beaucoup beaucoup beaucoup de marche!!!

65km de vélo, dehors, en short!!!

samedi 12 avril 2008

L'avant Ironman Arizona, deuxième partie!

Vendredi
Journée tranquille qui a commencé par une petite nage dans le Tempe Lake pour JP. L’eau est brune et pas trop attirante. Plus tard en soirée, nous avons appris que 2 de nos amis ont été malade après une nage de 4 km dans ce lac le week-end dernier … pas trop rassurant!!!

Plus tard en fin de matinée, je suis allée m’acheter une nouvelle paire de soulier de course à pied. Les miennes sont encore bonnes, mais pour les plus courtes distances. J’en voulais des neuves pour mes longues sortie et mon marathon qui arrive bientôt. Et pour 70$ de moins qu’au Québec, je n’hésite pas à les acheter au Etats-Unis. C’est fou la différence de prix.



Nous sommes arrivé tôt au site du banquet pré-ironman qui se trouvais au Tempe Art Center. C'était un bel endroit pour relaxer, à l'ombre!!!




À 17h30, c'était le banquet. Là, nous avons retrouvé Lyzane, Éric et Alain. Une bonne bouffe, bien accompagné, une belle soirée de motivation. C’était une belle façon de se mettre dans l’ambiance.


Samedi
Une matinée qui commence difficilement pour moi avec ma course à pied. Ça m’a mis le moral assez bas (les détails seront dans mon recap de dimanche). Mais je ne me suis pas apitoyé sur mon sort très longtemps. J’ai décidée que je devais profiter de se beau soleil quand même et d’aller dehors.

Mon chum était à la zone de départ de l’Ironman. J’ai décidée d’aller le rejoindre. Nous nous sommes croisée à mi-chemin. On a passé l’après-midi à jaser, se reposer et nous avons écouté le championnat du monde Ironman 70.3 à NBC.

Souper à l’hôtel, repos, repos, repos, avant le grand jour.

La suite lundi!
PS: Merci beaucoup pour les mots d'encouragement pour JP ...
Suivez l'événement en direct demain dès 9h30 sur ce site:

vendredi 11 avril 2008

L'avant Ironman Arizona, première partie!

Mercredi
Notre vol était à 5h30. Alors la nuit a été très courte. On peut presque dire qu’on a passé une nuit blanche. Les vols se sont très bien déroulés. Nous avons fait la connaissance d’un couple de cyclistes/triathlète qui partait rouler à Tucson. Ce genre de rencontre est très agréable.

En sortant de l’aéroport de Phoenix, nous pouvons déjà apprécier la chaleur du soleil frapper nos épaules. Nous avons passé l’après-midi à marcher et regarder le site du ironman prendre forme. Tranquillement, l’ambiance s’installe.

Une nuit de sommeil tant désirée nous attend … dodo à 8h15!


Jeudi
Après 10h de sommeil, mes souliers de course m’attendent. Un petit 9 km contemplatif au levé du jour, autour du canal ou aura lieu l’Ironman. Ça se passe bien. C’est tellement le fun de courir dehors en short et manche courte. Après ma course, nous sommes allés chercher mon vélo de route que j’avais réservé en location.

Ma première sortie de vélo de l’année. J’avais des fourmis dans les jambes. En se rendant au départ de la loop du Ironman, on a vu la grande Michelle Jones. En rose bien sûr! Nous avons fait le tour de 60 km que les triathlètes feront 3 fois dimanche prochain. Le parcours est beau et assez plat. Une longue montée progressive à l’aller et une belle descente progressive au retour. Par contre, le vent est assez présent sur ce parcours. En fait, le vent est très présent en général en Arizona!

En après-midi, nous sommes allées chercher le kit du ironman de mon chum. Un peu de shopping … check out my new Ts :

Puis, un souper sur une terrasse fort agréable et délicieux!


Au retour à l'hôtel, nous avons trouvé le spot pour le vélo de JP. Il semble bien situé. Il était content en tout cas.

mardi 8 avril 2008

Départ pour l'Ironman Arizona!

C'est toujours excitant un voyage. Surtout un voyage pour un événement comme l'ironman. Moi, je suis super relaxe. Un peu trop peut-être. Je risque certainement d'oublier quelque chose ... Mon chum lui, c'est une tout autre histoire.

Un Ironman, ce n'est pas une mince affaire. C'est 1 an d'entraînement, avec des hauts et des bas, pour aller faire une compétition qui va être difficile pour le corps et pour le mental. 3.9k de nage, 180k de vélo, 42.2k de course à pied.

Mon chum est stressé. Je le comprend. Il ne veut rien oublier. On s'en va dans un nouvel endroit avec aucuns points de repères! Il se met un peu de pression aussi. Ce ironman sera son 5ième. Il souhaite bien performer, et c'est normal. 1 an d'entraînement dans le but d'atteindre au moins 1 objectif précis. Dans sa période d'affûtage, il a eu des hauts et des bas. Il était parfois inquiet, parfois déçu, parfois excité et parfois philosophique, il a même eu un rhume. Beaucoup d'émotions en tout cas.

On part demain matin. Très tôt. J'ai vraiment hâte.

Je ferai mon possible pour tenir mon blogue à jour afin de partager notre expérience avec vous.

Dans le cas ou je ne peux pas vous donner des nouvelles, vous pouvez quand même suivre la progression de mon amoureux tout au long de sa journée. Rendez-vous dimanche prochain, le 13 avril, sur ce site, allez sur la couverture en direct de l'événement et entrez son numéro de dossard : 857. Il y aura des vidéos en direct toute la journée. Le départ est à 7h le matin, 10h heure de Montréal.

lundi 7 avril 2008

Montréal-Québec en course à pied, à relais

J'ai lancée cette invitation à tous mes amis coureurs ce matin et je diffuse mon message sur mon blogue pour ceux qui seraient intéressés à se joindre à nous.

Chers coureurs,

Moi et Jean-Pierre avons ce beau défi en tête pour nous tous. Nous sollicitons vos jambes et votre passion pour vous joindre à nous dans une course à relais qui partira du Stade Olympique de Montréal pour nous rendre au Château Frontenac, à Québec. C'est un beau trip du gang que l'on veut vous faire vivre.

QUAND :

La fin de semaine du 2-3 août 2008

Le départ sera autour de 10 heures le samedi matin pour arriver en fin de journée dimanche, à Québec.


LE DÉFI :

Nous voudrions faire 1 ou 2 équipes composés de 6 à 8 personnes, selon les niveaux et le nombres de coureurs que nous aurons.

Chaque coureur aura des tranches de 10 km à courir, à tour de rôle. Selon le nombre de coureurs, nous aurons entre 33 km et 45 km à courir, pour un total de 270 km. Aussi, il y a possibilité de faire plus de KM pour ceux qui trouvent que 33 ou 45 km, c'est trop peu ... en autant qu'il y a toujours 1 coureur qui cours!

Voici le chemin que nous prendrons :
http://www.gmap-pedometer.com/?r=1763934

IL FAUT S'ATTENDRE À :

Ce périple prendra entre 25 et 30 heures à accomplir selon la vitesse moyenne du groupe, donc, il faut être prêt a :

  • user de patience,
  • courir la nuit,
  • pas beaucoup dormir pendant 2 jours,
  • encourager et supporter nos membres de l'équipe,
  • être positif,
  • s'amuser,
  • vivre quelque chose d'unique.

Aussi, il faudra non seulement prendre le relais pour courir, mais aussi pour conduire, aider au ravitaillement et dormir.

LES COÛTS :

Moi et Jean-Pierre organisons ce voyage bénévolement. Pour le simple défi. Par contre, ce que l'on vous demande, une fois que vous vous engager à vivre cet aventure avec nous, c'est votre collaboration pour le partage les dépenses - nourriture, boisson énergétique, eau, essence pour les voitures, etc.

NOS ATTENTES :

Dans les semaines qui précèderont l'événement, nous allons organiser 1 ou 2 séances d'entraînements en groupe à la piste de 400m d'Étienne Desmarteaux, afin que le groupe apprenne à se connaître. Votre présence y sera fortement recommandée.

Aussi, nous vous inviterons chez nous pour un 5à7 afin d'organiser la logistique du voyage. Là aussi, votre présence y sera fortement recommandée.


Alors voilà, nous sommes en période de recrutement et développement de ce projet.
Manifestez-vous, recrutez de votre côté et apportez votre grain de sel pour nous aider à développer et réaliser ce projet.

À bientôt,
--
Sylvie et Jean-Pierre

dimanche 6 avril 2008

Pam Reed

Mon amie Lise m'a prêté le livre de Pam Reed : The Extra Mile

Je ne suis pas tombé sous son charme facilement. J'ai eu de la difficulté à m'identifier à elle. Par contre, elle reste très fascinante.

Elle raconte sa vie, dès son enfance et ce qui l'a marqué, son anorexie et comment son bagage de vie l'a aidé à devenir ultra marathonienne.

Ses descriptions les plus intéressantes furent pour moi celle de
Badwater. Une course de 135 mile dans le Death Valley, en Californie. Dans l'ultra, c'est une des plus difficile. Elle a gagnée celle-ci à 2 reprises. Pas chez les femmes, mais overall. Toute la controverse face à son succès est fascinante. C'est dérangeant une femme qui gagne contre les hommes. Enfin, c'est ce qu'elle a vécu.

Un autre aspect intéressant de son livre c'est qu'elle parle beaucoup de ses stratégies psychologiques. J'ai trouvé ça enrichissant à lire. Je vais m'en servir dans mes entraînements et mes courses. Par exemple, si elle doit faire une compétition de 100 mile, elle les prends 1 mile à la fois. Au lieu de se dire qu'elle ira courir 100 mile, elle se dit qu'elle va courir 100 fois 1 mile. Pour elle, ça semble plus facile à conquérir. Et pourquoi pas. On trouve des trucs qui nous sont propres.

Pour la lecture en tant que tel, j'ai trouvé ça un peu moins passionnant que le livre de
Dean Karnazes, Ultramarathon man. À mon avis, il a une plume plus intéressante et captivante que Pam Reed. Mais sommes toute, je recommande ce livre. Elle apporte son point de vue, son vécu et c'est quand même fascinant.

samedi 5 avril 2008

Ceci n'est pas un recap.

Je n'ai pas couru cette semaine. Il y a des semaines comme ça.

Ça n'a rien à voir avec la grande passion que j'ai pour mon sport. J'avais juste pas le goût cette semaine. Pas le goût de faire grand chose. Je me sentais blah. Une semaine bof.

Ça arrive.

Je me retrousse les manche aujourd'hui. Je souhaite retrouver mon moral positif que j'ai la majeur partie du temps.

Je vais peut-être courir demain. Juste pour me remettre dedans. Afin de me reprendre la semaine prochaine. Semaine qui risque d'être génial. Je tombe en vacance et on part à Phoenix mercredi. Je vais rouler et courir là-bas. Le soleil et la chaleur, l'inspiration d'assister à un Ironman, voir mon chum finir son 5ième ironman, encourager mes amis qui y seront aussi ... remède parfais pour mon blues de cette semaine du 31 mars.

Bon week-end à tous!