mercredi 24 décembre 2008

Le MUR

Je peux facilement comparer mes deux dernières semaines à un MUR qu'on frappe pendant un marathon. MUR que j'ai frappé à mon dernier marathon, à New Jersey. Ça fait mal. Mais c'est à ce moment-là qu'on découvre notre vrai nature. C'est là qu'on voit de quoi nous sommes vraiment capable.

Quand on frappe un MUR, on a le choix; s'appitoyer sur notre sort ou s'en sortir la tête haute. Je me souviens très bien de la gamme d'émotion par laquelle je suis passée lors de mon marathon ... frustration, déception, défaite, suivie d'une force intérieur qui refusait de céder à ces pensées négatives. Je me suis transformé en force positive pour être capable de défoncer le mur. Je ne voulais pas me laisser tomber. Car pour moi, se laisser tomber est la pire chose que l'on peut se faire. Je voulais terminer ce marathon avec le sourire et fièrement. Et c'est ce que j'ai réussie, avec un personal best en plus!

Ses jours-ci, un MUR c'est construit devant moi et ça s'est présenté sous forme de claque au visage assez violente. Pendant les deux dernières semaines, je suis passée par la même gamme d'émotions qu'au marathon mais avec une bonne dose de culpabilitée pour ajouter au niveau de difficulté. Mais j'ai exprimée mes émotions haut et fort à qui a bien voulu m'écouter. En attendant d'avoir des réponses, j'ai beaucoup pleurée.

Hier, j'ai eu ma première rencontre à la clinique GARE (grossesse à risque élevé). Bien que les réponses à mes questions ne sont pas joyeuses à entendre, je me sens déjà en train de me relever et de vouloir défoncer le MUR. Car je suis tellement bien prise en main par les médecins de cette clinique. C'est incroyable tout ce qu'ils feront pour moi et notre futur bébé. Bien que j'ai plusieurs peurs face à notre santé, je me sens aussi en confiance qu'on va pouvoir bien s'en sortir.

Je me sens maintenant prête à défoncer le MUR, brique par brique. Je vais foncer et me rendre à la ligne d'arrivée, comme me l'a si gentillement mentionnée Hélène, mon amie.

Pour y arriver, j'ai la chance d'avoir dans mon entourage des gens extraordinaire. Mon chum qui s'occupe de moi de façon phénoménal, ma famille qui sont juste au bout du fil et des amies qui sont tellement disponibles et à l'écoute, c'est juste tellement réconfortant. Je ne suis pas seule. Quand je vais traverser cette ligne d'arriver et acceuillir notre enfant (j'espère le plus tard possible...), c'est avec vous que je l'aurai accomplie. Merci!

À tous, de joyeuses fêtes. Profitez de votre santé et de votre entourage sans rien prendre pour acquis. La vie est tellement belle que parfois, on ne s'en rend même pas compte. Terminez l'année en beauté.

3 commentaires:

coureuse08 a dit...

Allo Sylvie,
tout d'abord avec une journée de retard je te souhaite un joyeux Noël!
Je suis certaine que ce maudit mur tu vas le fracasser même si cà prend du courage mais cà aucun doute tu en as plein! Et dis toi une chose: ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort!

Sylvie Mallard a dit...

Merci Coureuse! Un joyeux temps des fêtes à toi aussi ;-)
100% d'accord avec toi, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Tellement vrai!

Vérane a dit...

Tu as raison de te battre. Courage Sylvie! On pense tous fort à toi dans cette épreuve. ;-p