dimanche 14 décembre 2008

Recap. Semaine du 8 décembre

J'ai vraiment passée une semaine difficile. Émotivement, ça faisait longtemps que je n'avais pas passé un bout rough comme ça. J'ai reçu beaucoup de témoignages tous très émouvants et tous remplie de belles pensées positives suite à mon dernier billet. Et je vous remercie tous. Quand je vis un moment difficile, je le prends toujours comme un défi, comme une opportunité d'apprendre quelque chose sur moi. Mais là j'avoue que je ne suis pas sortie du bois. Ça va venir, j'ai bon espoir.

Lundi: 700m de natation

Haaaaaaa! Il y a des jours où ma peur de l'eau est plus difficile à surmonter. Aujourd'hui, c'était le cas. Travaillant de soir cette semaine, je suis allée à la piscine en matinée avec mon amoureux. Nous partageons le même corridor comme à l'habitude. Les vagues fait par mon chum me dérangeaient au plus haut point. J'ai respirée de l'eau dans le nez et j'étais super émotive. Émotive + peur = veut pu nager bon! Parce que quelque chose n'allait pas bien dans ma vie personnelle et que j'étais contrariée, mon entraînement et acclimatation ont été affectés. Quand j'ai dit à JP que je ne filais pas, nous avons nagé côte à côte pendant 6 longueurs pour juste jaser. Ça m'a fait un grand bien. Les progrès seront pour une autre occasion!

Mardi et mercredi: Repos

Je ne pouvais pas faire de sport pendant ses deux jours car j'étais complètement épuisée. Cette claque au visage m'a demandé tout mon énergie. Je vie de grandes frustrations et je les vie à fond.


Jeudi: 10 km de vélo/spinning + 45 min. de musculation

Pour briser la glace, pour me changer les idées, j'ai profité de mon rendez-vous matinal avec mon entraîneur pour aller bouger un peu. En arrivant, je lui ai parlé de ma haute pression et de mes discussions avec mon obstétricienne. Nous avons conclu de prendre la session relaxe. Et ça m'a fait un grand bien. Pour 90 min. j'ai pensée à autre choses que mon stress et ma grossesse. Mon entraîneur est d'une écoute et d'une compassion exceptionnelle. Elle m'a fait un beau programme d'entraînement.
Bouger, c'est thérapeutique. Ça aide à éliminer du stress. Et en après-midi, ça m'a aidé à pleurer et évacuer beaucoup de mes frustrations. Et croyez-moi, j'en ai.

Vendredi: Repos
Je me suis entourée d'amis aujourd'hui. J'ai commencée par un p'tit déj' avec mon amie Pitlipitli pour ensuite aller à son bureau car elle est aussi ma massothérapeute. Comme j'avais vraiment besoin de détente, elle m'a fait un super massage qui t'étampe sur la table. Ça m'a fait un grand bien. Elle m'a aussi fait bien plaisir lorsqu'elle a mentionnée que ça paraît que je fais de la musculation! J'ai les biceps plus dur ... Hehe! Ensuite, j'ai lunché avec une autre amie qui m'a donnée de superbes conseils de maman. Elle aussi m'a fait un grand bien. Après un bond rapide chez moi pour me changer, c'était mon party de noël avec mon équipe de travail. Superbe journée, épuisante, mais bon pour mon moral très fragile.

Samedi: Repos
Ça file vraiment pas. Zéro énergie, le moral à plat. Gros mal de tête. Je n'ai pas pris ma pression car je la savais haute et je n'avais vraiment pas besoin de voir des chiffres épeurant. Chose que j'ai fait jeudi et vendredi ... rien pour aider mon moral.
On a monté le sapin et regardé les championnat du monde du Ironman à la télé. Super inspirant. J'ai retenu mes larmes souvent car j'en ai marre de pleurer.

Dimanche: 45 min. de musculation
Au levé, je me sentais mieux. Pas de mal de tête, pas trop fatiguée. J'en ai profité pour aller faire ma routine de musculation de jeudi dernier. Cette fois, j'ai fait 3 répétions de 12 pour chaque mouvements. Je n'ai pas travailler super fort car les charges étaient assez faibles (c'est voulu, à cause de ma haute pression) mais ça m'a fait du bien de bouger un peu. Et ça termine drôlement bien ma semaine.

Total de la semaine:
700m de natation
1h30 de musculation
10 km de vélo/spinning

Jusqu'au 23 décembre prochain, date de mon rendez-vous en clinique G.A.R.E (grossesse à risque élevé), je vais m'abstenir de courir, sous les recommandations de l'obstétricienne que j'ai vu mardi et de mon entraîneur aussi. Ceci-dit, quand je me sens bien, je peux faire de la musculation, de la natation et un peu de vélo spinning mais en mode très relaxe seulement. Il est important selon eux que je garde mon rythme cardiaque bas pour l'instant. Je vais continuer à travailler ma respiration et ma relaxation à travers cet épreuve. Trouver une façon de rester positive et de ne pas m'inquiéter pour mon bébé. C'est drôle car je suis tellement concentrée sur ma santé et celle de mon bébé que je n'ai pas trouvé ça dramatique qu'on me dise de ne pas courir. Je le sais que ce n'est pas pour le reste de ma vie et la raison est tellement valable. Je souhaite juste ce qu'il y a de mieux pour mon bébé et pour moi. Alors à partir d'ici, je vis au jour le jour.

1 commentaire:

Vérane a dit...

Tu as bien raison - une journée à la fois! Courage Sylvie!!