mercredi 21 janvier 2009

Swimmer's high

Du lundi au vendredi, je reçois par courriel des citations de Runner's World. Aujourd'hui, la citation vient de Matthew Shafner et va ainsi: "I'm not sure that I can describe what has been called the "runner's high," but like poetry and beauty, I know it when I experience it." Pour traduire, il dit qu'il ne sait pas trop comment décrire qu'est-ce que le runner's high mais comme la poésie et la beauté, il sait quand il le vit. Cette citation tombe à point pour moi.

Hier, j'ai affrontée le creux. Le vide. Ma phobie.
J'avais la chienne, j'étais nerveuse, j'avais mal au coeur.

Depuis quelque temps, mes amies des Vainqueurs commençaient à parler d'aller nager après la pratique du mardi soir. J'étais jalouse car à cette heure là, la partie non-creuse est fermée. Je trouvais ça vraiment ordinaire de ne pas pouvoir en profiter moi aussi. Juste à cause de ma peur. Comme j'ai une grande confiance en mes amies et mon chum, je les ai 'utilisés' (!!) pour me motiver à affronter ce démon.

Dans le vestiaire, Mélanie me demande comment je vais. Je lui réponds que je suis nerveuse. Très nerveuse. J'avais peur de caler, de paniquer, de me ramasser au fond de la piscine, de me noyer. Pour vrai. J'avais le coeur qui voulait me sortir de ma poitrine. Mais j'ai tout fait pour que ça ne paraisse pas trop. Car j'étais déterminée à ne pas perdre la face devant mes amies. J'étais en maillot de bain et il n'était pas question que je ne me mouille pas.

Arrivée à la piscine, j'aperçois mon chum. Ça me calme un peu. Comme tous les corridors sont pleins, nous allons dans la partie sans corridors pour nager librement. Mélanie, Caroline et JP entrent dans la piscine comme si c'était une seconde nature pour eux. Moi, je me dirige à l'échelle. J'entre tranquillement en tenant super fort la rampe. J'ai une planche à mes côté. JP s'approche de moi. Tranquillement, je me prépare mentalement à lâcher prise. Je ne sais plus combien de fois j'ai répétée mes instructions à mon chum mais il m'écoutait patiemment, sans me forcer à rien. Je regarde autour de moi. J'observe mes amies nager. Je me sens prête à partir et juste avant que je me décide, une surveillante arrive près de moi et nous demande d'aller dans les corridors. Merde. Mon momentum est perdu.

Je sors, soulagée, mais déçu. Nous allons dans un corridor où se trouve un autre escalier. J'entre et répète mes instructions à mon chum. ''Tu me lâcheras pas hein? Tu vas rester en face de moi? Je suis capable hein?'' ''Oui, tu es capable Sylvie!'' J'y vais !!!

Haaaaaa! Je nage dans le creux, avec une planche au bout de mes bras! Soudainement, je me sens super calme. Ça m'a surpris. C'est là que je me rends compte que tout le temps passée dans la partie non-creuse m'a donnée cette assurance. Je fais 2 longueurs de 25 mètres. Je suis tellement heureuse et soulagée. Je me repose en m'appuyant sur le bord de la piscine. Je prends le temps de savourer ce moment. Je suis en vie, j'ai les pieds dans le vide! J'étais super fière de pouvoir être avec des gens que j'aime dans la piscine pour partager ce moment important dans ma vie. Merci à vous 3!

Puis, au milieu d'une conversation à quatre, je décide de nager de mes propres ailes. Je pars, sans avertissement. Je me sentais comme une adolescente qui réclamait son indépendance. C'est tout moi!

J'ai fais 200 mètres avec de longues pauses entre chaque 50 mètres pour jaser, savourer, explorer. Le tout s'est fait avec une planche au bout de mes bras. J'ai mis ma tête dans l'eau à 2 reprises.

Je n'ai plus d'excuses maintenant. Plus de contraintes d'horaire de piscine. Je peux aller dans le creux. Je suis capable!

En revenant chez moi, je me sentais invincible, pour la première fois depuis trop longtemps. Comme le runner's high, je vivais un swimmer's high. Je suis loin de me considérer une nageuse, mais je suis une future nageuse en entraînement. Une future triathlète Ironman aussi. Parce que c'est ma motivation ultime. Devenir Ironman.

Je me sens libérée!!!

Parlant de liberté ...
Depuis une semaine, je respire tellement bien.
Mon bébé est en santé.
Mes maux de têtes ont disparus depuis dimanche ... coïncidence ou pas, ça tombe juste après mon premier cours de yoga, cours qui m'a fait un grand bien physique.
Mes muscles commencent à mieux répondre à mes demandes.
Je recommence à me retrouver, moi.
C'est merveilleux!

10 commentaires:

Serge a dit...

Je suis bien content pour toi que ca va mieux... Alors profites-en pour faire des provisions 'énergies positives'.... A-U-M____

Serge

Véronique a dit...

Ahhh c'est un billet tellement le fun à lire! Tu es trop hot! J'aurais aimé être là pour ton "first". Tu vas pouvoir nager quand tu veux maintenant!! Tu as fait le plus difficile, tu te rends compte??

Lise a dit...

C'est super! je le savais que tu serais capable...tu es capable de beaucoup!

Pierre a dit...

Tu ne peux pas savoir, Sylvie, comment je suis fier de toi et de tes accomplissements!! Affronter ses peurs n'est jamais evident et tu l'as fais! Pour ca je te dis bravo et surtout continue comme ca on est tous en arriere de toi!!

Vérane a dit...

Bravo Sylvie!!
Je suis très heureuse pour toi. Quel sentiment de satisfaction et de fierté tu as dû ressentir! ;-p

Je compte reprendre la piscine à mon retour. Tu pourras me montrer tes prouesses de future super nageuse! ;-)))

Geneviève a dit...

Ton billet est très inspirant et motivant. C'est tellement une belle grande réussite que tu viens de vivre! Maintenant, il n'y a plus rien qui pourra t'arrêter vers ton objectif de devenir une triathlète. Je suis aussi vraiment contente pour toi que tu te sentes mieux physiquement et que tu n'aies plus mal à la tête.

Mademoiselle Pitlipitli a dit...

Bravooooooo Sylvie!
Je suis tellement fière de toi. Je savais que tu réussirais. Et les étapes suivantes se feront progressivement aussi. Mais c'est de voir à quel point tu es fonceuse qui m'impressionne. Chapeau!
Bein heureuse du changement de cap de ta grossesse aussi. C'est une grande et belle semaine.

Sylvie Mallard a dit...

Merci tout le monde pour vos bons mots d'encouragement. Je l'apprécie grandement!

Pierre le Grand a dit...

Ce billet sur ta victoire contre la peur de l'eau m'a inspiré l'idée d'attaquer de front une peur.

Quelle bonne idée! Je suis en train de vaincre ma peur. Je dois interrompre mon entraînement pour laisser cicatriser la plaie de ma chirurgie mais j'ai réellement hâte de pouvoir continuer. Je vais être sage et attendre la guérison avant de foncer de nouveau.

Sylvie Mallard a dit...

Super Pierre. Je t'encourage ;-)