lundi 4 août 2008

Montréal - Québec, en courant ... l'aventure d'un groupe de joyeux coureurs!

C’est encore rempli d’émotions et d’endorphines que je vous écris ses lignes afin de vous raconter mon (notre) expérience entre Montréal et Québec, en course à pied relais.

Les coureurs de cette merveilleuse aventure se sont retrouvés près du Stade Olympique, samedi matin à 9h30. Quand je suis arrivée sur place, je m’attendais à être la première arrivée. Lorsque j’ai aperçu la grande majorité des coureurs déjà sur place, c’est là que j’ai réalisée que je partais pour de VRAI à Québec en courant. L’émotion d’extrême gratitude m’a tout de suite envahie. Ses gens-là partent avec moi et JP pour réaliser notre folie. C’est drôlement cool.




D’entré de jeu, personnes avaient vécu cette expérience auparavant. J’avais préparée le parcours, les relais de l’équipe la plus nombreuse, nous avions assez de véhicules pour tous, de la bouffe pour combler tous nos besoins, des kits de premiers soins plus que complets et de la bonne humeur en quantité industriel. Tout ça nous à permis de partir cette aventure en gang et de la terminer en gang.

Car nous avions deux équipes. Une équipe de trois et une équipe de neuf. Donc, tous les relais ont été courus à deux. Ça, je crois que tous l’ont apprécié. Ça nous a permis de vivre le tout en groupe et c’était un des buts que j’avais fixés dans l’initiation de ce défi. La course à pied étant un sport très individuel, j’avais vraiment envie de vivre ce sport en équipe. Et nous avons vraiment réalisés ce but.

Les premiers relais, avant la nuit

C’est Christine et Guillaume qui ont partis le bal. Nous les avons tous applaudis au départ. Ensuite, nous sommes partis dans nos voitures pour les suivre. Nous avons fait quelques arrêts pour les encourager. Pendant une de ses pauses, nous jasions tranquillement sur le bord d’un parc sur la rue Notre-Dame quand un homme, visiblement en trip d’acide et d’alcool intense, vient nous offrir de la bière, à 10h15 du matin, les jointures en sang. Il demande à Yoan de lui ouvrir sa bière. Devant son refus, il l’ouvre lui-même avec ses dents maganées. J’avais vraiment peur qu’il s'arrache une dent avec ce geste.
Le gars s’exclame :’’ Vous z’avez l’air d’une gang de sportifs !’’
Jean-Paul me félicite alors de l’aspect divertissement que je leur offre avec cette belle et sympathique visite en mi-relais. Ce sera le running-gag du séjour … quelle belle surprise nous réserve Sylvie ?!!!



Deuxième relais, Véronique et Jean-Paul. Leur trajet nous fait sortir de la ville de Montréal. C’est après ce relais que Véronique et Guillaume nous quittent. Ils nous ont offert leur belle présence pour partir nos relais car, nous en avions besoin et eux, ils avaient le goût. Merci à vous deux d’avoir partie le bal. C’est à revivre, avec votre présence au complet la prochaine fois …

Pour le reste de la journée, les relais se sont passés ainsi :

Relais 00 : Guillaume et Christine
Relais 01 : Véronique et Jean-Paul
Relais 02 : Christopher et Marc
Relais 03 : Yoan et Christine
Relais 04 : Martin et Jean-Paul
Relais 05 : Jean-Pierre et Marc
Relais 06 : Charles et Christine
Relais 07 : Moi et Jean-Paul
Relais 08 : Yoan et Marc
Relais 09 : Martin et Christine
Relais 10 : Jean-Pierre et Jean-Paul

(Christopher et Marc, Martin et Jean-Paul)

Nous avons fonctionnée de la façon suivante … une équipe de 2 coureurs part, les voitures partent à mi-parcours. Nous les attendons, les encourageons au passage, ravitaillement au besoin et nous repartions à l’endroit désigner du prochain relais. Les prochains coureurs avaient alors le temps de se préparer. Je dois dire que j’ai adorée ce fonctionnement.

Pour mon relais avec Jean-Paul, c’était tout simplement fantastique. Cet homme là est super intéressant et remplie d’une joie de vivre en toute simplicité. Nous avons jasé tout le long en soutenant un rythme au-delà de mon endurance fondamentale. J’étais capable de lui parler, mais fractionnée de mes essoufflements!!! Nous avons eu droit à une petite côte du viaduc pour traverser la 40 et un trafic assez rapide et bruyant. Bruit que j’ai tout de même réussis à oublier avec le bonheur du moment en courant avec Jean-Paul. Premier relais, fait!

(Moi et Jean-Paul à la fin de notre relais)





(Passage du relais!)

La nuit arrive

Pendant qu’on attend Jean-Pierre et Jean-Paul, Charles et Marc se préparent pour le premier relais en noirceur.


Pendant la nuit, les relais suivants ont eu lieu :

Relais 11 : Charles et Marc
Relais 12 : Christopher, Jean-Pierre et Christine
Relais 13 : Yoan et Jean-Paul
Relais 14 : Martin et Marc
Relais 15 : Moi et Christine
Relais 16 : Jean-Pierre et Jean-Paul
Relais 17 : Charles et Marc
Relais 18 : Yoan et Christine
Relais 19 : Martin et Jean-Paul

Christopher est le fils de 15 ans de Christine. Il a une grande passion pour la course à pied. J’était tout à fait impressionnée du fait qu’un adolescent de son âge préfère passer une fin de semaine complète avec des adultes, dont sa mère, à dormir dans une voiture, à courir 30 km à lui seul, au lieu de faire ce qu’un ado fait à son âge … passer beaucoup de temps avec ses amis! Pour le relais 12, son deuxième du voyage, il voulait être challengé … Jean-Pierre lui a donc proposé de l’accompagner en partant 5 minutes après sa mère et d’essayer de la rattraper. Ce qu’ils ont fait, après 5 km! Ils se sont bien amusés.

Courir la nuit, c’est magique! J’ai commencé mon relais à minuit quarante-cinq avec Christine. Nous avions un trajet bucolique pour la nuit. Des petits villages charmants avec son église et sa caisse Pop! La petite pluie fine qui nous tombait sur les épaules ressemblait presqu’à la neige à cause de notre éclairage frontale. J’ai beaucoup aimée courir avec Christine. En plus d’être super gentille, elle est une très bonne coureuse d’endurance. Quelle athlète exceptionnel! Elle a gagné son premier 100k à vie et elle a un beau tattoo sur l’épaule qui relate son expérience.

La fin de notre relais était surréel … dans la noirceur quasi-total, nos lampes frontale éclairaient la rue qui semblait rétrécir. Moi et Christine nous demandions bien ce qui allait se présenter devant nous. En me levant la tête pour éclairer le ciel, j’aperçois un pont métallique. Les autres nous attendaient l’autre côté du pont. Ce fut une belle façon de terminer cette escapade de nuit.

Mon estomac fait des siennes …


Après mon deuxième relais, j’ai eu des problèmes d’estomac qui m’ont fait disons, enrichir le sol des champs sur la 138! Qu'est-ce qu'on ferait pas pour aider la nature!!! La nuit, il fait noir alors c’est moins pire. Mais disons que c’était inconfortable comme situation. Ça a durée 3-4 heures. Je crois que c’est dû à l’effort physique combiné au manque de sommeil et au débalancement des prises de calories (repas). Je n’ai pas mangée de repas comme tel pendant ce voyage. Je mangeais stratégiquement pour avoir de l’énergie pour courir et pour récupérer rapidement entre chaque relais. Mes meilleurs amis ont été le lait au chocolat, le coke, les pretzels, mes barres Energy à l’orange de Powerbar, des raisins rouges et des craquelins Fins au Blé. J’ai aussi mangé quelques sandwichs jambon-fromage.

La nuit nous quitte et laisse place à la destination finale.


La nuit a passée assez vite quand même. Nous avons presque tous essayé de dormir entre 2 déplacements. Comme par magie, vers 5h du matin, le ciel était moins noir … c’est le jour qui arrive! Et ça, ça veut dire qu’on s’approche drôlement de la fin, et des côtes de Québec!!!


Voici les relais du dimanche :

Relais 20 : Moi et Marc
Relais 21 : Charles et Christine
Relais 22 : Christopher et Jean-Paul
Relais 23 : Moi, Jean-Pierre et Marc
Relais 24 : Éric et Christine
Relais 25 : Yoan et Jean-Paul
Relais 26 : Éric et Marc


(Martin et Jean-Paul arrivent à Deschambault pour nous passer le relais)



(moi et Marc sur avant notre départ ... il est 6h du matin!)

Dû à mon manque de sommeil et mes problèmes gastriques, j’étais un peu marabout, 1 heure avant mon troisième relais. Je ne me sentais pas bien. Manque d’énergie et mal de cœur. J’ai alors demandé un coke à Marc et j’ai pris mon courage à deux mains pour partir ce relais. Le début était en descente. C’était à Deschambault. La vue qui se présentait à nous était sublime. Les champs et le fleuve étaient à notre porté de main. La petite bruine matinale coupait un peu la chaleur de l’humidité. En bas de la côte, je me sentais déjà mieux. Même que je suis devenu débordante de bonheur. Je courais avec Marc! Un gars que je lis et que j’admire depuis quelques mois. Un gars qui est inspirant par sa passion de la course à pied. Ces jours-ci, il court des 200 km et plus par semaine. Ouf! Quel privilège pour moi que de partager la route avec lui, Christine et Jean-Paul.

(moi et Marc à mi-parcours ... je suis tellement heureuse!!!)

Le long de notre relais, nous avions un bon rythme. Tellement qu’il a fallu se rappeler à l’ordre de temps en temps pour ralentir. Nous avons fait un arrêt toilette dans un resto perdu entre 2 champs. Ça a fait du bien de retrouver un bol de toilette après ma nuit dans les champs ;-)

Au 10ième km, nous n’apercevions pas nos voitures, ni au loin. Tout ce qu’on voyait, c’est une côte. Une grosse côte et pas de voiture … sont-ils en haut de cette côte? Pas le choix, on doit continuer.

Nous arrivons à la côte qui est assez raide merci! On voit les voitures en haut. Moi et Marc l’avons couru au complet, comme des pros! Et j’avais des forces pour continuer. C’est alors que j’ai décidée de faire un autre relais, 2 heures plus tard.


(petit dodo entre 2 relais)

Pour le relais 21, Charles et Christine ont eu un obstacle de parcours ... un détour par l'autoroute 40, en voiture avec nous!!! Le problème c'est que ça leur faisait juste 5 km. Alors ils ont couru avec le relais 22 pour 5 autres km. Entre les 2, nous avons pris une pause déjeuner au McDo de Donnaconna!


Au relais 23, moi, Jean-Pierre et Marc avons couru ensemble. Mon chum en était à son cinquième relais. Un record de distance pour lui. Moi, je visais maintenant le 42.2k! En route, nous avons croisé Éric Bellavance qui venait nous rejoindre afin de compléter les relais avec nous.

Encore une fois, nous avions une bonne cadence. Marc en était à son huitième relais et la fatigue se faisait sentir de plus en plus. Nous avons marché toutes les côtes qui se sont présenté à nous. Malgré cela, nous avons terminé avec une moyenne de 9.2 km/h. Rendu à la fin de ce relais, il me maquait 600m pour avoir 42.2 km. J’ai alors fait un aller/retour de 300m. Ça y est! Mon premier marathon fractionné et pas mal plus rapide que mes autres vrais marathons.



(Christine qui traverse son fil d'arrivé après 90 km. Way to go Christine!)



(Éric, Christine et Martin)

Pour le relais 25, Jean-Paul et Yoan ont couru individuellement. Jean-Paul étant à son 9ième relais, la fatigue est à mon maximum et il alterne entre la course et la marche. Je décide alors de l’accompagner en vélo, question de lui tenir compagnie. Chose qu’il semble apprécier. C’est plus facile de penser à autre chose que son inconfort quand quelqu’un t’accompagne. Il m’a remercié à la fin et tous étaient là pour l’accueillir avec de chaleureux applaudissements. C’était un moment très touchant pour moi.



(Yoan a fini avec 50km et Jean-Paul avec 90 km)


Le dernier relais, c’est Marc et Éric qui l’on couru. Je les ai suivis en vélo. Quand Marc a atteint son 90 km, je suis allée chercher une auto. Il restait près de 7 km à franchir pour le stationnement et c’était trop. De toute façon, nous étions à Québec puis tous avaient atteint leurs objectifs, sinon plus.

Munis de nos sacs à dos, nous avons marché (certains ont couru!) la Côte de la Montage pour se rendre au Château Frontenac ou ma mère nous attendais pour prendre notre photo de groupe.


(Marc, Éric, Christine, Yoan, Charles, Moi, Martin, Christopher, Jean-Pierre et Jean-Paul, au Château Frontenac)

Nous étions fière, fatigué et affamés! Éric nous a offert des douches de son travail. Ça a fait un bien fou de se laver. Nous avons pris un bon lunch au resto et c’était la fin de l’aventure. Drette là! J’étais à la fois ravie de revenir chez moi et à la fois triste que ce soit déjà terminés.

Conclusion

Les participants de cette aventure ont été fantastiques. Je n’aurais pas pu demander mieux comme ambiance. J’ai sentie du calme, du respect, de la bonne humeur, de la joie de vivre (même dans les moments difficiles) tout le long du voyage. J’étais comme dans une bulle d’espace temps toute précieuse. J’ai eu la preuve que quand on se laisse porter par la vie, on y reçoit de beaux cadeaux, de beaux moments. Il s’agit de lâcher prise et d’apprécier tout le bon qui nous entoure.

Aventure à recommencer dans les années à venir, avec de l’expérience en bonus!

Un gros merci à toute ma gang de coureurs qui m’ont permis de réaliser un rêve. Au risque de me répéter, vous êtes merveilleux!

10 commentaires:

sylvain bernier a dit...

Salut Sylvie,

Un gros bravo à toute votre gang.Je vous félicite pour cette belle expérience que j'aimerai bien vivre un jour. Bonne récupération à tous, merci pour ton récit Sylvie. A +

Eric B. a dit...

La prochaine fois, je pars de Montréal avec vous pour vivre l'expérience au complet!

C'est quelle fin de semaine en 2009? :)

Eric B.

P.S. Il me semble qu'il manque le fait cocasse du resto qui n'apparaît pas dans ton récit, hahaha!

Trigirl 2007 - Québec a dit...

Vraiment, ça semble avoir été une très belle expérience!
En plus tu décris très bien le déroulement de chaque relais.
Pas mal drôle l'histoire du vieux bonhomme saoul, même si c'est pas drôle pour lui... s'il s'en rend compte!!

Véronique a dit...

Woah trop cool. Merci pour les photos et le récit!!!
D'après les photos, vous n'avez pas eu l'air d'être trop dans la "snoute" (à Montréal, c'était le déluge).

Et moi la prochaine fois, je vous suis jusqu'à Québec!

Lise a dit...

Félicitations à tous les participants de cette belle aventure et franchement bravo à toi et J-P pour vos qualités d'organisateurs.

Anonyme a dit...

Toutes mes félicitations à toute la gang d'avoir réussi cette belle expérience! Lorsque j'ai rencontré tout le monde sur le chemin St-Louis, j'ai tout de suite découvert quel beau groupe vous formiez. Un gros bravo et j'ai eu un très grand plaisir à vous rencontrer et à prendre la photo de groupe en face du Château Frontenac. Dominique

Serge a dit...

Je trouve cà vraiment génial que toi et ton chum aillent organiser cette aventure. J'espère que vous allez répéter ce type d'exploit. En plus de permettre au gens de ce rencontrer... Ca va sûrement donner des idées à d'autres.

Lâches pas et félicications pour ta performance sportive et littéraire!

Mademoiselle Pitlipitli a dit...

Magique!
C'est tellement bien raconté, on le vit presque avec vous. Je comprend à quel point tu te sens autant enrichie de cette expérience. Bravo à vous tous, vous êtes formidables et très inspirants!

Vérane a dit...

Un gros bravo à vous tous! Quelle magnifique expérience! La prochaine fois, j'espère pouvoir être de la partie. ;-)
Très beau récit, Sylvie!

Martin a dit...

C'était vraiment génial comme expérience!!! Merci 270 fois Sylvie pour l'idée et l'organisation de tout ça. Ton récit est vraiment bon aussi.

J'ai adoré courir en équipe, sous un soleil de plomb, sous la pluie, dans la noirceur et au petit matin. 4 relais, 4 conditions complètement différentes!

Tu as vraiment réussi à réunir une gang formidable de gens qui ne se connaissaient pas, mais qui partagent la même passion. Un véritable succès!

Comme Eric l'a dit, c'est quelle fin de semaine en 2009?