mercredi 16 janvier 2008

S'écouter

Un de mes conseils préférée que je répète souvent à mes amis, c'est de s'écouter. Aujourd'hui, j'aurais dû m'écouter.

J'ai un nouveau jouet. Une base d'entraînement pour mon vélo. C'est ce modèle-là ! Je l'adore.
Je me suis installée ce matin dans mon salon, musique de St-Germain Touriste et du Dj Champion en tête, Food Network sur la TV et le cœur remplie de joie à l'idée de mouliner. J'avais en tête de rouler 60 min. avec une intensité moyenne et quelques intervalles au goût du moment et au rythme de ma musique. Je n'avais pas l'intention de courir aujourd'hui car j'ai un peu mal aux muscles qui se trouvent à l'intérieur du tibia de chaque jambe. Je me suis dit que 60 min de vélo ferais l'affaire pour ma journée.

Alors je commence mon entraînement à 9h04 ! Je commence à avoir pas mal chaud à 9h09 !!! Je débarque et va chercher mon ventilateur pour me refroidir. Je repars à 9h12. Ça fait du bien de sentir l'air frais sur moi. J'ai presque l'impression de rouler dehors. Presque. Je me fais quelques intervalles, je simule quelques montée de côtes, je sprint de temps en temps. C'est GÉNIAL !
Mon amoureux vient me voir vers 9h21. Il commence à me jaser et me pose toute sorte de questions (très pertinentes) sur la réservation de l'hôtel que l'on doit réserver pour son Ironman à Louiseville le 31 août prochain. J'avoue que ça m'a un peu déconcentré. Du coup, je suis débarquée de mon vélo et sur un coup de tête, je me suis habillée pour aller courir dehors car mon besoin de défoulement était grand (énorme stress de la veille, longue histoire) et je voulais être seule.

À 9h45, je suis dehors et je commence à courir. L'air plus frais me fait du bien. Je n'ai pas de musique dans mes oreilles et j'ai du plaisir à entendre mes pas sur l'asphalte. Je me dirige vers le Jardin Botanique. Après 1.5 km de fait, je commence à avoir mal aux jambes. Mais pas un petit mal de moumoune. Mal comme des aiguilles qui piquent mes muscles. Ça tire. Je marche. J'ai froid. Je suis frustrée. Je marche un bon 500m. Je prends un raccourcie pour traverser le Jardin afin de revenir chez moi. Je reprends la course, mollo. Aouch, ça fait mal. Je continue. J'essaie d'endurer le plus possible. Rien à faire, je marche encore. Tout ça, jusqu'à chez moi. J'ai réussie 3 km. Je trouve que c'est un exploit dans les circonstances.

J'aurais dû m'écouter. Je le savais que ma masso m'avait travaillée cette partie de mon corps la veille et que je devais prendre une journée pour récupérer.

Moi et JP avons une nouvelle règle ... on se laisse tranquille quand nous sommes sur le trainer ! À moins que ce soit pour s'encourager bien sûr !!!

Alors demain, je ne cours pas. Je mouline. Et je m'écoute.

4 commentaires:

jamfil a dit...

C'est pas le moment de te blesser en pleine pré-saison. Écoute-toi bien! Mais je te comprends, c'est tellement frustrant et difficile de se retenir et d'écouter son corps quand on a qu'une envie, se défoncer pour oublier son stress.

Pablo a dit...

Tu dis "J'aurais dû m'écouter", mais je crois que tu l'as fait assez bien finalement ; et que déjà le fait de sortir courir sans musique était un signe de prudence : on est plus attentif à ses propres sensations sans musique. (Je l'emporte de moins en moins dans mes sorties). J'espère en tout cas que tes douleurs n'ont pas eu de conséquence !!

Vérane a dit...

Tu dois être frustrée, mais effectivement il faut absolument que tu t'écoutes. On ne le fait pas tjs - moi, la première, tu le sais! ;-(

En tout cas, tu as très bien fait de rebrousser chemin - tu aurais pu te blesser.

Je t'appelle - tu me donneras des nouvelles de tes jambes.

BizOOO

Sylvie Mallard a dit...

jamfil : En effet, ce n'est pas le temps de me blesser. C'est pour cette raison que je n'ai pas encore couru aujourd'hui. Mais ça a été difficile de ne pas y aller.

pablo : C'est vrai que nous sommes plus à l'écoute de notre corps sans musique. Moi, j'aime les deux sortes de sortie. Ça dépend comment je me sens.

Vérane : On se donne des nouvelles ce week-end ;-)