dimanche 2 mai 2010

Récap. Semaine du 26 avril

Semaine 5/12 en préparation du 50 km Mt. Royal Summit Quest

Cette semaine, j'ai eu mon incident, ma chute. Disons que ça mets mon entraînement en pause forcée, imposée par l'évènement non-désiré. Qui désire se blesser? Personne. En tout cas, pas moi. Je revois et revis en boucle ma chute dans ma tête et j'essaie de voir ce que j'aurais pu faire pour éviter ÇA. Rien. C'est un incident bête qui aurait pu m'arriver en marchant. Et je maudit les trottoirs pour me défouler.

Je ne sais pas encore pour combien de temps j'en ai à me remettre de cette blessure. Un genou, c'est fragile et je souhaite par dessus tout me remettre à 100% de cette blessure avant d'en demander trop à mon corps. Car 50 km, c'est demandant. Déjà que j'avais un programme d'entraînement conservateur pour la distance demandé, je ne sais pas comment je vais m'y remettre (à l'entraînement) et encore moins quand. Ce qui m'inquiète c'est le timing. Demain, lundi, je commençais les trois semaines critiques en volume de ma préparation. C'est sûr que je ne pourrai pas atteindre les objectifs de mon programme. Alors la question demeure ... prendre ou pas le départ du 50 km le 20 juin. Heureusement, c'est encore loin pour prendre une décision.

Mon cœur est un peu brisé et inquiet. Je continue à me battre pour rester positive mais quand l'émotion embarque, j'ai mal. En 2008, j'étais supposée prendre le départ de mon premier 50 km à Lévis. Mais comme je n'allais pas super bien, j'avais annulé ma participation. À ce jour, je ne suis pas encore remise à 100% de cette décision. Bien que j'essaie de vivre ma vie sans regrets, il me reste une dose de ''et si je l'avais fait?''. Et c'est ça qui me fait mal. Et c'est aussi pour ça que je suis fâchée de cette blessure.

Je ne doute pas une seconde de ma capacité de compléter ce 50 km. Doute que j'avais en 2008, doute que je n'ai plus aujourd'hui. Mais mon bémol est le suivant; si je ne suis pas entraîné adéquatement pour cette distance et que surtout, si j'ai encore un peu mal au genou le jour du départ, quelles seront les conséquences à long terme pour ma pratique de la course à pied ? Car mon but est de pouvoir continuer à courir très très longtemps dans ma vie et non de prendre le départ de telle ou telle course. Des courses, il y en a tout le temps et partout. Des courses, je peux en faire quand je le veux, quand mon corps est prêt.


Faut que je pratique le lâcher prise ... lâcher prise de ma non participation en 2008, lâcher prise de ma situation actuelle, lâcher prise pour les jours qui suivent. Je vais me concentrer au moment présent et guérir mes bobos. Lorsque je vais pouvoir reprendre la course à pied, je vais voir où j'en suis et prendrai une décision en conséquence. D'ici-là, je ne baisse pas les bras ... et je me permet d'être parfois triste, parfois forte. 

Lundi: Repos
Très fatiguée. 

Mardi: 6 km de course à pied
La neige a tombé à Montréal. Weird pour un 27 avril. C'était une neige collante et mouillée. Et c'était le jour que j'avais choisie pour revenir membre en règle et participante aux entraînements de mon club de course les Vainqueurs. Je l'avais choisie ma journée!!
Il neigeait encore quand je suis partie de chez moi. En courant jusqu'à la piste, j'avais de la difficulté à voir en avant de moi tellement la neige était lourde, tombant directement sur mon visage. J'aime beaucoup courir l'hiver, mais là, c'est le printemps donc j'aime beaucoup moins ça. De plus, je commençais déjà à avoir les pieds froid et assez mouillés.
Arrivée à la piste, j'ai été chaleureusement accueillie par mes coachs et mes anciens collègues courageux qui étaient présents. Claude nous a généreusement dégagé la première allée de la piste de 400m. Grâce à lui, nous avons pu courir en sécurité.

Après un réchauffement de 2 tours en alternant vitesse lente et vitesse moyenne aux 100m, nous étions partis pour un 1000m. Les premiers 500m couru au rythme du 10 km et les derniers 500m couru au rythme du 5 km. Je ne sentais plus le bout de mes pied. En terminant cet intervalle, j'ai cru bon aller me réchauffer chez moi. Ça ne donne rien de se geler les pieds pour quelques km d'intervalles. On se reprendra une autre fois.
En tout cas, bravo à tous qui étaient présents. Vos sourires étaient chaleureux dans les circonstances glaciales!! Je suis très heureuse d'être de retour avec les Vainqueurs. Trop hâte aux prochains entraînements!!

Mercredi: Repos
Le temps me disait rien. Mes souliers étaient encore tout mouillés. Bref. Une journée de repos.

Jeudi: 5.2 km de course à pied
Avant de faire ma chute, j'allais bien. Je courais avec une paire de souliers neuf. Le même modèle que d'habitude. Ça faisait du bien de courir avec une chaussure neuve. J'avais plus de bounce! Je me suis amusée au Jardin Botanique. Après, c'est de l'histoire racontée ici. Misère ...

Vendredi à dimanche: Repos
Vendredi, j'étais bonne à rien. Difficulté à plier ma jambe, j'ai mis de la glace 10 à 15 minutes à toutes les heures et j'ai pris de l'ibuprofène. Samedi, légère amélioration au niveau de la flexibilité de mon genou ... jusqu'à ce que je décide d'aller faire l'épicerie. Au retour, mon enflure avait grossit alors je suis resté sur mon derrière à mettre encore de la glace pour le reste de la journée. Et aujourd'hui, dimanche ... nette amélioration au niveau de la flexibilité de ma jambe mais j'ai encore des douleurs vives si je plie trop ma jambe. Reste que ça désenfle tranquillement et que ça s'améliore à pas de tortue. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir ...

4 commentaires:

Geneviève a dit...

Ça fait partie de la grande aventure de la course le fait de devoir affronter des blessures. À mon avis, c'est souvent le plus grand défi psychologique. Je pense que ton attitude est excellente. Vaut mieux attendre la guérison complète avant de trop en demander à ton genou. Si jamais tu ne peux pas prendre le départ du 50 km, tu vas pouvoir participer à une autre épreuve du genre plus tard. Ce ne serait que partie remise! Et tout l'entraînement que tu as fait jusqu'à présent ne sera pas perdu. Tout ça te rendra plus forte encore! Et de toute façon, peut-être que tu vas guérir suffisamment rapidement pour participer au 50 km de juin. Je te le souhaite. Quoi qu'il en soit, bon courage!

Janice - The Fitness Cheerleader a dit...

Injuries make us stronger! You can and WILL recover! Keep on holding onto your positive spirit :)

Vérane a dit...

Je pense que tu as raison; un jour à la fois! ;-p J'espère que tu guériras vite quand même. Je sais que ce 50km représentait bcp pour toi, mais je pense que le marathon de NY est tout aussi important à tes yeux et tu peux être certaine que tu seras fin prête pour celui-là! ;-pp
Bizzz

Sylvie a dit...

@Geneviève: Merci pour ton mot. Maudit que je vais être forte après ça, hehe!

@Janice: Thanks for your kind words. It's great that you can read my post in french. Do you use a translation or you read in french? Hope your injury will heal fast!

@Vérane: Oh oui! NY compte aussi beaucoup pour moi. J'ai déjà un plan B pour un autre 50 km. À suivre !!!